Le tempérament et la personnalité du perroquet


par Johanne Vaillancourt

 

Les caractères des perroquets, incluant ceux de la même espèce, ne proviennent pas directement d’un même moule et sont loin d’être identiques. Malgré le fait qu’ils partagent plusieurs caractéristiques similaires avec les autres individus de leur espèce ou de leur famille, nos perroquets, de par leur tempérament sont de complexion unique et nous devrons apprendre à personnaliser nos interactions avec eux en fonction de leurs personnalités individuelles.

Certains perroquets seront plus frondeurs que d’autres. Certains seront plus expressifs et extravertis alors que d’autres seront de nature plus réservée. Certains seront très actifs, spontanés et sportifs, d’autres plus modérés, réfléchis et sages. Certains aimeront la société, les nouveaux visages et adoreront cabotiner devant un public conquis, alors que d’autres préféreront n’être entourés que de leur groupe social immédiat et de visages familiers. Certains aimeront les changements et les bouleversements, alors que d’autres seront plus "pantouflards" et préféreront une vie paisible et routinière.

Ces différences forment ce que nous appelons le tempérament et la personnalité de votre perroquet.

 

Le tempérament est l’ensemble des caractères innés de l’oiseau qui se fixent très tôt dans son développement. Le tempérament est en quelque sorte la base sur laquelle va se construire la personnalité unique de notre perroquet.

Le tempérament conditionne le niveau d’adaptabilité, d’activité et de sensibilité du perroquet à son environnement. Le tempérament, c’est la façon dont l’oiseau interagit avec le monde et il se distingue particulièrement en deux groupes: soit, le tempérament facile et le tempérament animé.

Un tempérament facile développera généralement une personnalité de bonne composition. Il est moins irritable, porte plus attention à son environnement et aux conséquences des ses actions, il est curieux mais modéré. C’est un oiseau plus aisé à vivre et disons… plus appliqué à ce qu’il fait.

Un tempérament animé forme une personnalité qu’on dit active. Il est plus irritable, moins patient, il est difficile de retenir son attention, il réagit promptement à son environnement sans trop prendre acte des conséquences reliées à ses comportements. Un oiseau de tempérament animé reçoit, règle générale, beaucoup moins d’attention positive de la part de son humain, car il est souvent difficile pour ce dernier de reconnaître ou interpréter dans ses conduites, les besoins du perroquet. Cet oiseau se fait souvent réprimander (sans savoir pourquoi) et par conséquent, développe beaucoup d’anxiété.

Il est important pour l’humain-éducateur de reconnaître le tempérament de son oiseau pour ajuster et adapter ses méthodes de socialisation en fonction de ce dernier. Les tempéraments animés ont souvent besoin de plus d’aide ou d’attention de la part de l’humain afin de "refroidir" leur tempérament en vue de se construire une personnalité mieux équilibrée.

Souvent, il est difficile de déterminer le tempérament du très jeune oiseau lors de l’adoption; parfois, nous n’avons d’autres choix que d’en référer aux généralités de l’espèce lorsque vient le moment de choisir le perroquet qui convient le mieux à nos attentes et à notre style de vie. Mais encore là, il ne faut pas perdre de vue que ce ne sont que des généralités…

La personnalité de l’oiseau se développera naturellement en fonction du tempérament inné de l’individu, de ses expériences et du cadre social dans lequel il évoluera et des acquis puisés dans son environnement. Ça, c’est la socialisation … votre partie à vous.

 

 

Il serait faux de croire que tous les perroquets s’ "éduquent" de la même façon

Ce serait une grave erreur de croire que tous les perroquets s’"éduquent" de la même façon. J’ai déjà rencontré des gris d’Afrique complètement cabotins en société et j’ai aussi connu des cacatoès d’une timidité quasi maladive, ce qui pourtant semble très contraire aux généralités de tempéraments de ces deux espèces.

Il ne peut donc pas y avoir de méthode unique d’"éducation" en regard personnalités si différentes. En plus de la génétique de l’espèce, il nous faudra apprendre à composer avec le tempérament et la personnalité uniques de l’oiseau.

Il est important, en tant que guide-éducateur, de bien cerner le tempérament intrinsèque de notre perroquet afin de pouvoir ajuster de manière appropriée nos méthodes de socialisation. Si le perroquet est de nature craintive, il faudra introduire les règles de conduite ou les nouveautés lentement et en lui laissant le temps de s’y faire, de prendre confiance. Il ne faut surtout pas le forcer, son degré d’adaptabilité est moindre et il a besoin de temps pour se familiariser à une nouvelle situation. Ce n’est pas un problème de comportement, c’est une question de tempérament. N’oubliez pas que sa personnalité se développera selon les réponses qu’il aura obtenues de vous lors de situations qui lui sembleront plus complexes ou "insécurisantes".

Par contre, si votre oiseau est de caractère actif, frondeur et de bonne assurance, il est évident que l’approche sera tout à fait différente. Un perroquet de tempérament accommodant peut accepter d’emblée toutes nouveautés ou règles sans en comprendre tous les tenants et aboutissants, tandis qu’un autre, de type plutôt craintif, nous semblera rebelle à accepter quelque règle que ce soit si cette dernière n’est pas tout à fait claire, parfaitement définie et surtout, adaptée sur mesure pour lui.

Le seuil d’émotivité de l’oiseau dépendra entièrement de son tempérament et de sa socialisation. Plus l’environnement sera riche et stimulant et plus le seuil d’émotivité de l’oiseau sera élevé.

 

Le seuil d’émotivité

Les perroquets ayant profité d’une excellente socialisation, qui ont vécu plusieurs expériences enrichissantes: l’exposition à diverses situations ou environnements, même désagréables, les oiseaux qui auront rencontré diverses personnes, autres que la famille immédiate, et qui auront même été manipulés par ces étrangers, ceux à qui on aura présenté en bas âge différentes nourritures et objets, incluant les jouets, développeront une personnalité qui présentera des réactions émotives plus équilibrées à la maturité. Ces perroquets seront par conséquent beaucoup plus résistants au stress.

La privation sensorielle est trop souvent créée par l’humain qui tente de surprotéger son petit perroquet en lui évitant toutes formes d'expériences ou d’aventures, de crainte qu’il ne se blesse ou qu’il ne subisse quelques traumatismes, et qui, de ce fait, lui refuse tout contact social autre que la famille immédiate.

Naturellement, l’inverse est tout aussi désastreux, je parle ici d’une situation où le jeune perroquet demeure ignoré ou négligé pendant cette phase très délicate qu’est la période de première socialisation.

Cette privation créera un seuil d’émotivité très bas chez le jeune oiseau et c’est lorsque ce seuil est dépassé que l’oiseau réagit par des réactions de crainte et d’anxiété, allant même jusqu’à l’agressivité.

Un oiseau avec un seuil d’émotivité bas, rejettera toute forme d’exploration et s’attachera, souvent de façon excessive, aux éléments connus de son environnement, ce qui est un terrain plus que propice à la formation d’habitudes et de rituels….à l’apparition de réels problèmes de comportement!

Le tempérament est une composante qui est innée chez notre perroquet, c’est la base sur laquelle se développera sa personnalité. Par contre, c’est avec notre médiation et la qualité de l’environnement que nous lui fournirons qu’il se forgera une personnalité équilibrée. Il est de notre devoir de lui procurer un environnement stimulant et une socialisation découpée sur mesure, juste pour lui, en fonction de son tempérament.

 

 

 

Avec la précieuse collaboration de Richard Beaudet.

© Johanne Vaillancourt 2006

 

Photos
Cacatua alba, CAJV
Aratinga solstitialis, Cristina Marques
Bilbo, pionites melanocephala, CAJV
Peanut, psittacus erithacus erithacus, CAJV
Goliath, ara ararauna, Marie-Josée Belzile
Chiko, ara ararauna, Sylvain-Luc Richard