Maître perroquet n’est pas patient!


par Johanne Vaillancourt


 

Tout de suite... maintenant

Les perroquets sont de façon innée, des individus impatients; ils veulent tout, tout de suite, maintenant…Pronto!

Rien ne les prépare à la notion d’attente ou de patience – c’est une vie de perroquet. C’est une des composantes de sa socialisation d’animal "domestique" des plus difficiles à transmettre à Coco, qu’il soit tout jeune ou plus âgé. C’est aussi, malheureusement, une des plus importantes de ses apprentissages d’animal de compagnie puisque, dans un contexte de captivité et de dépendance, l’oiseau passera une grande partie de sa vie en attente; que ce soit pour de l’attention, pour de la nourriture, pour sortir de sa cage, pour jouer, etc.

Au début de ses apprentissages, le perroquet passe la majeure partie de son temps à apprendre que certaines choses sont interdites ou qu’elles demandent de la patience. C’est une période très frustrante pour lui et pour vous par ricochet. Il est donc très important qu’il se sente compris et accepté afin qu’il puisse apprendre ces nouveaux concepts sans pour autant se sentir persécuté. Cela vous demandera à vous-même beaucoup de patience pour aider votre oiseau à devenir patient.

Au départ, la plupart des perroquets rejetteront vos règles et interdits et ne vous obéiront pas - C’EST NORMAL! Il faut plusieurs mois, voire des années, avant que le perroquet connaisse et suive de façon adéquate vos "règles" du parfait animal de compagnie.

Certains apprentissages très simples seront rapidement enregistrés, si, bien entendu, vous savez faire preuve de constance et de cohérence (vocalisations correctes (ne pas hurler) – morsures inhibées (ne pas mordre)), mais avant que l’oiseau n’ait fait le tour de la maisonnée (objets), des attitudes acceptables ou non, des énoncés (mots-phrases) corrects à utiliser ainsi que vos règles territoriales individuelles (ex., pas aller sur la cuisinière), il peut se passer beaucoup de temps et vous aurez à répéter et redire énormément… constamment!

Rappelez-vous que votre oiseau s’efforce vigoureusement de comprendre et d’assimiler dans le but ultime de devenir autonome.

Il apprendra en faisant des essais et des erreurs et par l’imitation de ses modèles (vous - soyez de bons modèles). Lorsqu’une de vos règles sera comprise, il sera normal qu’il se rebiffe, qu’il tente de vous "tester" ou qu’il fasse quelques rechutes. Vous devrez être constant.

Il se peut aussi qu’il se sente dépassé par ce que vous lui demandez, qu’il ait peur. Il aura donc besoin de prévisibilité dans ses apprentissages, dans vos actions.

 

Le plaisir différé

Une autre notion difficile à intégrer pour le perroquet vivant en captivité est celle du plaisir différé. Il doit apprendre à temporiser, attendre avant d’atteindre son plaisir. C’est une notion complètement abstraite pour lui. Dans son milieu naturel, un perroquet n’attend pratiquement jamais… Il désire et il agit immédiatement en conséquence.

C’est une des contraintes majeures de la socialisation d’un oiseau vivant en compagnie des humains: il doit apprendre à anticiper des plaisirs qui ne viendront que plus tard, c’est-à-dire, qu’il doit développer sa capacité à visualiser un désir en pensée tout en étant capable de patienter et de retarder son plaisir, sachant qu’il se réalisera plus tard (prévisibilité). Pas facile ça!
Mettez-vous un peu à sa place; pas évident du tout pour lui ce concept… Il n’y parviendra que difficilement. Il aura besoin de votre guidance. Il devra apprendre à attendre sans pour autant prendre l’événement de façon personnelle, et ce, avec le minimum de frustration possible (prévenance de votre part). Bien que pour lui la seule notion d’attendre pour satisfaire un plaisir soit déjà une énorme source de frustration, il est important que l’humain éducateur soit fiable et digne de confiance pour que l’oiseau puisse anticiper une action qu’il sait qu’il pourra réaliser (plus tard) s’il apprend à patienter.

 

Plaisirs défendus et définition des limites

En plus d’avoir souvent à attendre pour réaliser un plaisir, l’oiseau trouve encore d’autres sources de frustrations dans les plaisirs défendus. Il est certain que pour lui, ronger et grignoter sont des besoins essentiels et tout à fait normaux. Par contre, il est important qu’il comprenne que tout ce qui est à la portée de son bec n’est pas nécessairement mis à sa disposition pour satisfaire ce besoin. Il doit aussi apprendre que, même si crier et pincer sont des moyens de communication naturels dans le monde des oiseaux, ce ne sont pas des manières adéquates pour se faire entendre dans celui des humains. C’est à l’humain éducateur de définir des limites à son oiseau parce que celui-ci ne sait pas de façon innée comment se comporter dans un contexte "domestique". C’est (aussi) ça la socialisation.

Le perroquet trouve sécurisant de savoir ce qu’on attend de lui. Il peut anticiper. Lorsqu’une de vos règles est bien comprise, il ne risque pas de se faire disputer sans comprendre pourquoi. S’il la transgresse, il le fait en toute connaissance de cause. Il sait qu’il y aura une conséquence et il peut l’anticiper. Tout est clair. Donc, il est important de montrer vos attentes, de fixer des règles raisonnables et de voir à ce qu’elles soient comprises de l’oiseau et par votre constance, veiller à ce qu’elles soient respectées.

  • Montrer vos attentes signifie lui inculquer ce qu’il doit faire.


  • Fixer des règles signifie enseigner à l’oiseau ce qu’il doit éviter de faire.

 

Ce sont deux principes de base de sa socialisation. S’il connaît à l’avance vos règles, l’oiseau risquera moins de croire qu’il peut satisfaire tous ses plaisirs ou caprices.

Les perroquets qui n’ont aucune règle deviennent angoissés et confus parce qu’ils ne savent pas comment se comporter, ne savent pas s’ils peuvent agir de telle ou telle façon et surtout, ne reconnaissent pas un mauvais comportement. Ils ne peuvent anticiper de conséquences (bonnes ou mauvaises) et risquent de se faire souvent réprimander sans jamais pour autant en connaître la raison. Connaître les règles et les attentes donne au perroquet un sentiment de sécurité et de contrôle sur son bien-être.

Vos règles ne servent pas à discipliner l’oiseau pour en faire un bon petit soldat obéissant et docile. Elles servent en grande partie à le sécuriser psychologiquement, sans oublier le côté sécurité physique dont nous sommes les seuls à saisir l'importance. Les règles, c’est la sécurité. Enseigner à votre oiseau à ne pas grignoter les fils électriques, à ne pas voler près de la cuisinière, à venir vous présenter ce qu’il trouve avant de l’entamer, sont des moyens simples et faciles de le protéger contre les bêtes accidents qui peuvent survenir s’il n’a pas de limites. Votre maison, ce n’est pas sa forêt ancestrale et votre guidance dans votre demeure devra remplacer celle qu’aurait dû prodiguer les parents naturels dans ladite forêt.

Même si vous avez fixé vos limites et que l’oiseau a bien compris ce que vous attendez de lui, il est dans sa nature d’enfreindre ces limites, un jour ou l’autre, question de vérifier si elles sont toujours pertinentes... Votre perroquet maturera et ses comportements d’explorations s’affineront – ça aussi c’est normal. Il ne faut pas croire à ce moment que sa socialisation est déficiente ou que votre oiseau soit imperméable à toute forme d’apprentissage social. Les perroquets enfreignent les règles pour repousser les limites, pour affirmer leur autonomie ou leur indépendance. C’est pourquoi il est important de faire preuve de constance lors des apprentissages de votre perroquet.

Il est important de comprendre que les perroquets respectent mieux les limites et les attentes lorsqu’ils se sentent acceptés à l’intérieur du groupe social et qu’on prend la peine de remarquer et souligner leurs bons coups et leur respect des contraintes.

 

Des attentes réalistes

Maintenant, vous ne devez pas attendre la même chose d’un jeune ara de sept (7) mois et de son aîné de cinq (5) ans. Vous devez comprendre que ce n’est pas parce qu’un jeune perroquet a déjà atteint sa taille d’adulte qu’il en a acquis la maturité. Même s’il demeure essentiel d’établir des règles de conduites dès le plus jeune âge, il est important de savoir qu’avant un an et demi/deux ans, le perroquet est trop jeune pour véritablement les appliquer. Il est impulsif et n’a tout simplement pas la capacité de pouvoir résister à la tentation. Le jeune perroquet éprouve de la difficulté à maîtriser ses comportements. Il est à l’âge explorations et des découvertes et il sait de façon innée que c’est par ses expériences qu’il apprendra le plus. Naturellement, c’est aussi la période où le lot de bêtises dépasse largement celui des bons coups… Il faut bien que jeunesse se passe!

Il vous faudra beaucoup de patience. Les comportements déplacés de votre oiseau ne doivent pas susciter de réactions négatives de votre part, car en de telles circonstances, vos réactions négatives mèneront à de nouveaux comportements fâcheux. Par contre, il est plus facile de faire en sorte qu’un comportement ne se reproduise pas au moment où il apparaît que d’essayer de le supprimer plus tard.

Il en va de même pour le perroquet plus âgé, celui qu’on dit de "seconde main". Si ce dernier n’a pas bu bénéficier d’une socialisation stimulante, il ne faudra pas vous attendre à des miracles. Il peut parfois être long avant que l’oiseau comprenne ou désire modifier un comportement qui a toujours fonctionné auparavant (mordre, crier). Il n’en voit tout simplement pas l’intérêt puisque ça a toujours été ainsi.

Accompagner un perroquet à modifier un comportement acquis non désiré, c’est aider l’oiseau à acquérir le contrôle de lui-même, contrôle dont il aura besoin pour devenir autonome et jouir d’un minimum de liberté dans votre maison. Le contrôle de soi n’est pas automatique et n’apparaît pas un jour comme cela par hasard, c’est par la constance et la cohérence de vos interventions que l’oiseau apprendra à maîtriser ses pulsions et à reconnaître les limites.

 

 

 

© Johanne Vaillancourt 2005

 

Photos
Bilbo, pionites melanocephala, CAJV
Agapornis, CAJV
Ariane, cacatua moluccensis et Turquoise, ara ararauna, Jean Cadoux
Clémentine, psittacus erithacus erithacus, CAJV
Lili, amazona aestiva, CAJV
Maria, cacatua galerita eleonara, CAJV