L'ara Hyacinthe


par Louise Tremblay

 


Adaptation libre de la Conférence de Mme Johanne Vaillancourt "AEOM automne 2006", Expo Aviaire,

"1001 raisons de refuser de vivre avec un ara Hyacinthe".

ara hyacinthe en close up - anodorhynchus hyacinthinus - Centre Aviaire Johanne Vaillancourt

Je connais l’impression que nous avons, la toute première fois que nous rencontrons un ara Hyacinthe… Notre imagination s’emballe… c’est un colosse… un géant… diantre…que dis-je…un titan…, et dans les faits, c’est réellement le plus grand de tous les psittacidés. Ce gentil géant peut mesurer jusqu’à 1.5 mètre de la tête au bout de la queue et Molly, ma "petite" femelle Hyacinthe, malgré ses 1.200 gr. est considérée "format réduit" en regard de l’espèce…

Alors, l’ensemble de ce dont je vais vous entretenir aujourd’hui sera toujours "plus gros", "plus fort" et "plus destructeur" que toutes autres espèces de perroquets confondues… En fait, tout devient démesurément énorme lorsqu’on parle de l'ara Hyacinthe… incluant, bien évidemment… son prix!...

En effet, le cours de l’ara Hyacinthe demeure toujours très élevé et, vu sa rareté, l’espèce ne risque pas de dévaluer. Alors, dès départ, le prix devient certainement la première raison pour refuser d’acquérir cette espèce de perroquet, à moins bien sûr, de prendre une seconde hypothèque sur sa maison!

Tout en considérant la longueur et la taille du "oiseau", c’est généralement cette tête massive pourvue d’un bec démesuré (dont la maxille s’étend jusqu’à la mandibule inférieure) qui nous impressionne le plus. Et que dire des couleurs complètement éclatées de ce plaisant Goliath… ce plumage d’un bleu cobalt, mirant pourpré lorsqu’il se repose par une belle journée ensoleillée, le contour de l’oeil ainsi que la partie glabre de ses joues, d’un jaune éclatant. Et dans une poussée d’élan créatif, sur la langue noire de cet oiseau, les déités ont poussé le souci du détail jusqu’à tracer une ligne tout aussi jaune qui rappelle le marquage de son visage…

ara hyacinthe - anodorhynchus hyacinthinus et perche - Centre Aviaire Johanne Vaillancourt

Cette beauté époustouflante combinée avec la légendaire gentillesse de ce perroquet en fait un oiseau tout à fait charmant et surtout, irrésistible…mais… Oui, oui, il y a un mais… En fait, il y en a plusieurs…

La deuxième raison pour refuser de vivre avec ce perroquet est que: on a affublé l'ara Hyacinthe, communément appelé Ara azul au Brésil, d’un nom impossible: anodorhynchus hyacinthinus. En fait, anodorhynchus veut dire… "un bec sans dents"! Et pour cause… il faut se rendre à l’évidence que le bec de ce mastodonte n’a absolument pas besoin de dents!

Je m’explique: au point de vue alimentaire, les aras Hyacinthe sont des animaux qu’on dit "spécialistes", en ce sens qu’ils sont avant tout des mangeurs de noix. Cette spécialisation s’est effectuée vers quelques espèces de palmiers produisant des noix extrêmement dures et surtout très grasses.

C’est d’ailleurs une des particularités biologiques de l'ara Hyacinthe, il est capable d’ingurgiter des quantités énormes de nourriture très grasse sans développer aucun problème de santé, telle l’artériosclérose, que d’autres espèces de perroquets du même gabarit ou presque, développeraient pour moins que cela.

ara hyacinthe en déplacement - anodorhynchus hyacinthinus - Centre Aviaire Johanne Vaillancourt

En tout, on ne compte qu’environ 5 à 8 espèces de ces palmiers à noix très grasses figurant dans son régime dans son habitat naturel. Ces noix sont extrêmement dures et l’ara Hyacinthe a développé un bec très puissant pour en briser la coque. Elles peuvent demander jusqu’à 1500 livres de pression pour qu'il y arrive. Naturellement, cette spécialisation rend assez difficile l’alimentation de ce perroquet dans un contexte nord-américain.

Il est pratiquement impossible de se procurer les noix de ces palmiers ici au Canada. On doit alors se retrancher sur les noix qui nous sont disponibles, telles les noix de macadam, du Brésil, amande, pacanes et noix de coco, qui, soit dit en passant, coûtent une véritable petite fortune… Une autre bonne raison pour refuser de vivre avec un Hyacinthe…

Par contre, dans un contexte domestique, les noix les plus dures qu’on a à offrir à notre Hyacinthe sont les noix de macadam qui ne demandent que 325 lb de pression et les noix du Brésil qui demandent environ 105 lb de pression. Aussi bien-dire, croquer dans du beurre pour ces géants!...

ara hyacinthe et mobilier - anodorhynchus hyacinthinus - Centre Aviaire Johanne Vaillancourt

Avec environ 300 livres de pression par pouce carré, l'ara Hyacinthe se sert de sa mandibule inférieure comme d’une espèce de ciseau pour faire un accroc dans la noix et de la mandibule supérieure un peu comme d’une enclume afin de maintenir la noix en place. Il arrive ainsi à croquer des noix que d’autres grands aras arrivent à peine à fêler. Redoutable!

Imaginez la facilité déconcertante avec laquelle il passe au travers d’un mobilier de salle à manger!!!! Mieux vaut pourvoir son ara Hyacinthe en jouets de bois durs ou branches… croyez-moi sur parole… il ne doit jamais en manquer!

Avec l’arme de destruction massive qu’est le bec de l’Hyacinthe, je pense à au moins 800 très bonnes raisons de refuser de vivre avec cet oiseau…

Et sa voix… Si son ramage se rapporte à son plumage… ! Diable… cette voix, non seulement forte et puissante…mais aussi si différente de celle des autres aras… Même mes gris d’Afrique sont incapables d’imiter ces cris préhistoriques et graves. En entendant ces sons, il semble tellement évident que ces oiseaux descendent des dinosaures… Encore ici, nous donnons dans le plus: plus grave, plus forte, plus puissante. Au moins 50 autres raisons…

ara hyacinthe en train de jouer - anodorhynchus hyacinthinus - Centre Aviaire Johanne Vaillancourt

Notre mastodonte a aussi besoin d’espace… de beaucoup d’espace dans la maison.

  • Espace pour voler et pour bouger un peu.


  • Grande cage avec des barreaux d’au moins "gage" 8 ou carrément une pièce adaptée à sa stature.


  • Des perches adaptées à la grandeur de ses pattes… afin de ne pas le blesser.


  • Beaucoup d’espace pour installer ses énormes jouets "de Hyacinthe ", ainsi que ses gyms, cordes, poteaux et autres babioles qui semblent tellement évidentes pour toutes les autres espèces de perroquets.


  • Et une autre 50-taine de raisons qui traînassent un peu partout dans la maison…

ara hyacinthe en chauve-souris - anodorhynchus hyacinthinus - Centre Aviaire Johanne Vaillancourt

Plus c’est gros…plus c’est bébé. Et croyez-moi, ça n’évolue pas vite un Hyacinthe… ça demeure "bébé lala" très longtemps un hyacinthe… Longtemps, longtemps…au moins 7 ans avant d’atteindre une "certaine maturité" et encore.... Malgré que l'Hyacinthe soit physiquement mature à l’âge de 5 ans, il n’est généralement pas prêt pour la reproduction avant l’âge de 10 ans. Ma Molly à moi, qui a eu 5 ans, semble encore agir comme un gris d’Afrique de 1 an…

Naturellement, il serait beaucoup trop long de vous faire l’énumération de toutes les bêtises que peut produire un Hyacinthe juvénile. Je vais me contenter de vous dire que ça fait au moins une cinquantaine d’autres bonnes raisons d’éviter cet oiseau comme la peste, dont certaines de ces raisons m’ont, jusqu’ici coûtées très cher…

C’est un oiseau qui a les moyens de son gabarit… mais qu’on est incapable de disputer tellement l’erreur est innocente…

On dit de l’Hyacinthe que c’est un oiseau majestueux… Dans son milieu naturel peut-être, mais, entre nous, il perd beaucoup de cette magnificence lorsqu’il se promène sur le sol de nos maisons…disons qu’il s’apparente plus au canard dans ces conditions…

Mais, malgré ce que dicte la raison pour refuser de vivre avec un ara Hyacinthe, le bonheur de partager mon quotidien avec Molly supplante toutes les argumentations logiques et raisonnables visant à me prouver le contraire… je suis un être profondément déraisonnable…

Je ne puis terminer cet exposé sans vous entretenir du côté un peu plus sombre de l’histoire de l’ara Hyacinthe…

Telle que vous la voyez maintenant, Molly fait partie des animaux grandement menacés d’extinction. En effet, la compétition pour les cavités de nidification est un facteur très limitant pour les populations d’aras Hyacinthe. Encore et toujours à cause de l’activité anthropique, les arbres de grande taille qui sont propices à la formation des grosses cavités nécessaires à la reproduction de l’Hyacinthe disparaissent à une vitesse phénoménale, de même que les espèces spécifiques de palmiers dont ils se nourrissent.

ara hyacinthe et Johanne Vaillancourt- anodorhynchus hyacinthinus - Centre Aviaire Johanne Vaillancourt

Comme la plupart des grandes espèces d’oiseaux, l’ara hyacinthe se reproduit de façon très lente en nature, généralement 2 œufs dont (avec un peu de chance) au moins un bébé survivra, et ce, aux deux ans ou jusqu’à ce que le jeune soit complètement indépendant.

Étonnamment, même si le Hyacinthe est le plus gros des perroquets, il ne pond pas les plus gros œufs et ces derniers sont plutôt ronds (pas la forme elliptique habituelle). Et naturellement, le jeune Hyacinthe prend plus de temps que les autres aras à émerger de sa coquille!

Les jeunes Hyacinthe effectuent leur premier vol autour de 110 jours, mais leur alimentation est encore totalement prise en charge par les parents pendant environ 4 à 5 mois suivant leur sortie du nid, soit jusqu’à l’âge de 8 à 10 mois.

À partir de la sortie du nid, les jeunes passent environ 15-16 mois avec leurs parents, pendant lesquels ils devront apprendre et assimiler les compétences qui serviront à leur survie telles:

  • le vol et ses finesses,

  • la socialisation à l’intérieur du groupe social incluant les vocalisations,

  • chercher, les ressources alimentaires et apprendre à les apprêter et les manger,

  • reconnaître et, surtout, éviter les dangers potentiels.

 

ara hyacinthe taquin - anodorhynchus hyacinthinus - Centre Aviaire Johanne Vaillancourt

En fait, on peut dire que les aras Hyacinthe sont tous des "Tanguy"… À partir de sa sortie de l’œuf, le jeune hyacinthe passera près 2 ans avec ses parents avant de s’en séparer définitivement.

Les adultes ne se reproduisent qu’aux deux ans. Donc, avec un taux de remplacement d’un seul bébé par deux ans, la disparition d’emplacements pour nicher ainsi que des palmiers, leur principale source d’alimentation, les aras Hyacinthe se sont retrouvés, depuis 1987, à l’Annexe 1 de CITES (Convention on International Trade of Endangered Species of Flora and Fauna) ou Convention de Washington, qui interdit le commerce international des aras Hyacinthe capturés dans leur milieu, espèce en danger d’extinction. À la fin des années 1980, on estimait la population totale d’aras Hyacinthe entre 2500 et 3000 oiseaux seulement. Maintenant, grâce aux efforts de conservation, on estime qu’il reste 6500 aras Hyacinthe en liberté, dont près de 5000 dans le Pantanal.

Mais l'ara Hyacinthe est une espèce encore très vulnérable en regard de ses besoins très particuliers, autant pour se nourrir que pour se reproduire.

ara hyacinthe et jouet - anodorhynchus hyacinthinus - Centre Aviaire Johanne Vaillancourt

Grâce au dévouement de la biologiste Neiva Guedes qui a sensibilisé les ranchers et propriétaires terriens de la région du Brésil et de la Bolivie à la rapide disparition des aras Hyacinthe, ceux-ci ont décidé de collaborer:

  • en ne tolérant plus de contrebandiers ou de chasseurs sur leurs terres,


  • en abattant plus certaines espèces de palmiers très spécifiques, tels l’acuri et le bocaiúva, principales sources d’alimentation pour ces aras,


  • en permettent à des organismes de protection d’installer des nichoirs artificiels ou protéger les nids de ces grands oiseaux.

De plus, ce qui aide grandement à la protection de l'Hyacinthe est l’implantation d’écotourisme dans le Pantanal du Brésil et de la Bolivie.

Étonnamment, il semblerait que l’ara Hyacinthe soit très tolérant à l’intrusion de l’humain dans son territoire, ce qui en fait un sujet de choix à observer et photographier dans la nature.

Le Projet Ara Hyacinthe
Le Projet Ara Hyacinthe a été initié par la biologiste Neiva Maria Robaldo Guedes en 1990.
Depuis 1999, le WWF-Brésil est le principal soutien du projet, aidé par l'Université pour le développement de l’État et de la région du Pantanal, Refugio Ecologico Caiman, Toyota Brésil, Brasil Telecom, la Fondation Manoel de Barros et Vanzin Escapamentos.
Le Projet Ara Hyacinthe fait partie du Programme "Pantanal Forever" du WWF-Brésil:
http://www.wwf.org.br
 

WWF - Logo

WWF
WWF sont les initiales de World Wide Fund for Nature (Fonds mondial pour la Nature).
http://www.wwf.org
Une des plus grandes organisations indépendantes de conservation de la nature au monde.
Un réseau actif présent dans plus de 100 pays et qui compte plus de 5 millions de sympathisants.
Une organisation avec une approche scientifique et constructive qui choisit la coopération et le dialogue.

 

© Louise Tremblay 2008



Photos
Molly, ara hyacinthe (anodorhynchus hyacinthinus), CAJV