23. Parce que parfois, il y a urgence

Le temps des fêtes est à nos portes et nous savons tous, nous qui vivons avec des perroquets, qu’à cette période de l’année, la *loi de Murphy finit toujours par s’inviter dans nos festivités.

*Loi de Murphy: S’il existe au moins deux façons de faire quelque chose et qu’au moins l’une de ces façons peut entraîner une catastrophe, il se trouvera forcément quelqu’un (lire: un perroquet) quelque part pour emprunter cette voie.

Je serai en congé des fêtes à partir de la semaine prochaine (ceci est l’avant-dernier texte du Post des perroquets de l’année 2018) et je vous avais promis un petit quelque chose sur les urgences avec nos perroquets. Et bien voilà, nous y sommes, je commence aujourd’hui et la semaine prochaine puis ça se poursuivra en 2019 (entre Noël et le jour de l’an).

Ce petit guide n’a pas pour but de remplacer les précieux et indispensables soins vétérinaires, mais bien de stabiliser et garder votre oiseau en vie jusqu’à ce qu’il soit pris en charge par un praticien qualifié. À cause de leur métabolisme particulier et surtout rapide, les oiseaux ne peuvent attendre longtemps lors d’urgence avant d’être pris en charge. Votre intervention peut faire la différence entre la vie et la mort de votre chéri.

Pour chaque situation, vous saurez ce que vous pouvez faire pour pallier au pire et vous aurez aussi une description de l’intervention du vétérinaire… de même que la raison pour laquelle il sera si important de le consulter.

Ce guide doit être utilisé comme aide et conseil aux soins d’urgence (gestes à poser), mais ne peut en aucun cas se substituer à une visite chez votre vétérinaire aviaire. Vu?

Dans le temps des fêtes, les vétérinaires sont moins disponibles qu’en période régulière. Ainsi, mon premier conseil: informez-vous de l’horaire des fêtes de votre vétérinaire chouchou et s’il n’est pas disponible, demandez-lui une référence pour une clinique ou hôpital qui assure les urgences pendant les congés des fêtes. Ce simple petit geste de prévention peut sauver la vie de votre perroquet.

Alors, à la fin de la lecture de ce texte, vous prenez votre téléphone et appelez tout de suite votre vétérinaire. Ce sera une bonne chose de faite et vous aurez l’esprit plus tranquille pour festoyer joyeusement.

Q- Pouvez-vous juger du bien-être de votre perroquet par son apparence

R- NON!

Comme nous l’avons vu et revu… et revu encore, les perroquets sont des animaux grégaires et surtout des animaux proies. La bande d’oiseaux a préséance sur l’individu et face à un congénère blessé ou malade, ces instincts risquent de prendre le dessus. Conséquemment, le groupe chassera l’infortuné oiseau pour éviter d’attirer un prédateur potentiel. L’oiseau ainsi banni, renié par sa société est ni plus ni moins qu’un animal condamné à mort!

Le perroquet cherchera par toutes les ruses à cacher sa condition le plus longtemps possible aux membres de son groupe, masquer tous les signes de détresse ou de maladie qui pourraient être apparents!

Il n’y a pas de raison qu’il n’agisse pas de la même façon avec vous, puisque ce comportement est instinctif et on le sait… l’inné ne disparaît jamais!

S'il vous plait Connexion - Login Pour voir ce contenu. (Pas encore membre ? Adhérez maintenant !)
La partie Commentaires est protégée