20. L’observation d’un comportement

Quand notre perroquet émet un comportement, on le voit et on peut l’observer. Cependant, on ne peut pas observer la composante subjective de ce comportement, c’est-à-dire, ce que l’oiseau ressent, SA perception à LUI de perroquet de la situation ou de l’évènement. Mais la composante motrice, ça oui, c’est à notre portée, on peut l’observer. Ce sont les réactions comportementales telles la fuite, l’agitation, la prostration, l’agression, etc. Et il y a aussi la composante physiologique tels l’accélération du rythme cardiaque, sécrétion de cortisol ou toute autre modification du fonctionnement de l’organisme. Mais ça non plus on le voit pas trop, on ne peut que l’imaginer quand Coco émet un comportement de frayeur ou de joie intense.

Ainsi, nous n’avons pas accès au ressenti de notre oiseau, ça ne s’observe pas. On ne peut se fier qu’à l’aspect observable du comportement, ce qu’il nous montre, et à ce qu’on connaît de son historique, de son itinéraire; on doit composer avec ces minces informations. À travers son comportement ‘observable’, Coco nous donne une partie de son point de vue sur la façon dont il perçoit un évènement, comment il se sent et les émotions qui le traversent. C’est à nous d’être attentifs à lui et de tenter de nous expliquer ses conduites en prenant comme base son éthogramme (on commence toujours par là) et l’observation de la séquence comportementale, soit ce qui a mené à…

Allons voir ce que notre perroquet a à nous dire…

S'il vous plait Connexion - Login Pour voir ce contenu. (Pas encore membre ? Adhérez maintenant !)
La partie Commentaires est protégée