19. L’impuissance acquise

Neige

Il était là, sur le parquet en plein centre de la boutique, dans une toute petite cage sur laquelle on avait fixé un écriteau ‘Attention à vos doigts, je mords.’ Une bande d’enfants s’excitait autour de lui, criant et frappant sur la cage sans que le personnel de la boutique n’intervienne, et lui, il ne bougeait pas, ne réagissait pas, il se contentait de baisser la tête et de fermer les yeux. Un pitoyable cacatoès blanc, déplumé et complètement apathique, qui était pourtant, lors de notre première rencontre, un oiseau magnifique de quatre mois. Je le sais parce que je l’avais remarqué l’année précédente, dans cette même animalerie. Je me souvenais très bien avoir demandé à parler au propriétaire de l’endroit et lui avoir mentionné que la cage de cet oiseau était ridiculement trop petite pour lui, ce à quoi il m’avait répondu ‘C’est temporaire ma petite dame, il vient d’arriver, je lui ai commandé une autre cage plus grande que je devrais recevoir la semaine prochaine!’

Je me suis toujours méfiée des messieurs qui s’adressent à moi avec un ‘ma petite dame‘, je n’ai pas beaucoup de points de repère sociaux pour savoir si on me ment, mais ‘ma petite dame‘ est un excellent marqueur qui m’indique que cet homme-là n’est absolument pas fiable et la suite de l’histoire me donne généralement raison. Ce jour-là, j’étais pressée, je me suis contentée de lui faire le regard le plus sceptique et mauvais dont je suis capable (ce qui n’a jamais impressionné quiconque, je ne sais pas me composer un visage méchant), j’ai payé mes achats et je suis repartie.

S'il vous plait Connexion - Login Pour voir ce contenu. (Pas encore membre ? Adhérez maintenant !)
La partie Commentaires est protégée