La tumeur rénale chez la perruche ondulée


par Kym Le Cault  TSA


 

Connaissez-vous la merveilleuse petite créature connue sous le nom de perruche ondulée (melopsittacus undulatus)? De la famille des psittacidés (eh oui, des perroquets à becs crochus!), cet adorable oiseau est tout à fait unique en son genre, charmant et très attachant. Souvent sous-estimée en raison de ses cousins plus imposants et aux couleurs souvent plus chatoyantes, sachez bien que la perruche ondulée vous apportera rires et délires et de merveilleux moments au même titre que les autres perroquets.

Sur une autre note, comme vous vous en doutez sûrement, la perruche ondulée peut être atteinte par certains problèmes de santé tout comme les autres psittacidés. Malheureusement, il arrive parfois que certaines maladies se retrouvent plus fréquemment au sein d’une même espèce d’oiseau. Dans le cas de la perruche ondulée, c’est la tumeur rénale.

La tumeur rénale est une masse qui se localise sur le rein et qui peut entraîner un ou plusieurs des symptômes suivants: amaigrissement (allant de cachectique à maigre), boiterie (causée par une compression du nerf sciatique par la masse) avec appui ou non-appui du membre atteint, ouverture du bassin à la palpation, distension abdominale, polyurie, diarrhée, dyspnée, ataxie légère, parésie ou paralysie du membre atteint, possible perte de sensibilité au niveau de certains ou de tous les doigts du membre atteint et possible automutilation d’un ou plusieurs doigts du membre atteint. Les deux types de tumeurs les plus fréquemment rencontrées sont l’adénocarcinome et le néphroblastome.

Il est rapporté dans la littérature que les tumeurs rénales sont plus souvent malignes chez la perruche mâle que chez la perruche femelle. Le cas "typique" est la perruche âgée entre 3 et 5 ans qui se portait très bien le soir avant d’aller au dodo et qui se réveille le lendemain matin avec une paralysie ou une parésie de la patte accompagnée ou non d’un non-appui. L’autre cas "typique" est la perruche, toujours âgée entre 3 et 5 ans, présentée en clinique suite à un épisode d’exercice intense pendant lequel l’oiseau se heurte sur un objet ou autre. Le léger accident sert alors d’élément déclencheur, si je puis me permettre de le nommer ainsi, pour dévoiler le problème sous-jacent. Heureusement, il n’y a pas lieu ici de faire subir une quantité astronomique de tests à votre petit protégé pour confirmer ou infirmer l’hypothèse de la tumeur rénale: une simple radiographie est suffisante.

Il n’existe malheureusement pas de traitement curatif pour la tumeur rénale, ce qui signifie que la chirurgie d’excision de masse est non indiquée (l’endroit est trop difficile d’accès, ce qui rend la procédure beaucoup trop risquée), et l’amputation de la patte n’est absolument pas une option, puisqu’elle n’a aucune influence sur la tumeur en elle-même. Par contre, il existe un traitement palliatif (on nomme ainsi un traitement permettant d’améliorer temporairement la condition du petit perroquet) qui peut être instauré pour prolonger de quelque temps la vie de votre perruche. Évidemment, l’euthanasie reste l’option à envisager lorsque votre petit chéri ne va plus du tout.

 

 

 

© Kym Le Cault 2007

 

Photos
Melopsittacus undulatus, Cristina Marques
Angel, melopsittacus undulatus, Nancy Brunet