Le plumage du perroquet


par Manon Tremblay DMV


 

Si son ramage se rapporte à son plumage… espérons qu’il chante bien!

Le plumage d’un perroquet est le reflet de sa santé. De précieuses informations sont disponibles dans les plumes pour la personne qui sait les repérer. Il ne faut jamais perdre de vue que les perroquets sont champions pour cacher leurs maladies. Il n’en tient qu’à vous d’être vigilant et de signaler rapidement à votre vétérinaire tout nouveau signe ou symptôme que vous remarquerez. Absolument tout est significatif quand il s’agit de la santé d’un oiseau.

 

Alex, le beau gros oiseau

Alex l’amazone est méfiant. Il vient de voir passer Marie en catimini dans le salon. Elle tente de camoufler le fameux transporteur rose bonbon qu’Alex déteste tant. Malgré qu’elle ait tout fait pour se dissimuler, le perroquet a tout remarqué. Inutile d’essayer de lui cacher quelque chose, il devine tout. Pour Alex, voir son transporteur rose bonbon n’a rien de bien amusant. On peut bien comprendre qu’un viril amazone n’apprécie pas du tout se faire emprisonner dans une boîte de transport, rose bonbon par surcroît… Pauvre Alex, il n’a pas le choix. Marie l’amène chez le vétérinaire pour son examen physique annuel. Après bien des protestations, des tentatives d’évasion infructueuses et quelques cris de détresse (quel oiseau manipulateur!), Marie finit par introduire son perroquet insulté dans le transporteur. Alex a droit à quelques arachides en guise de prix de consolation. Bien que contrarié, il ne peut pas résister à sa gâterie préférée. Il grignote avec vigueur les arachides. Il évacue ainsi un peu de sa colère.

Pour Marie, Alex semble en parfaite santé. Mais pour son vétérinaire, quelques détails sont agaçants. Le perroquet a pris du poids par rapport à sa dernière visite. Lui qui était déjà assez rondelet, on pourrait dire qu’il est maintenant trop gros. Marie avoue avoir succombé souvent, cette dernière année, aux demandes fréquentes d’Alex qui réclamait des arachides: "Une peanut ! J’veux une peanut !" Voilà comment le dodu oiseau réussit à soutirer plus de gâteries qu’il devrait en avoir en réalité. Autre détail remarqué: un changement de couleur du plumage. En effet, la marge des plumes vertes est devenue noire. Une ligne gris noir ceinture presque toutes les plumes du corps. Cette coloration anormale indique que la structure de kératine de la plume est altérée. Reste maintenant à déterminer quelle en est la cause. Les résultats de l’examen physique orientent le vétérinaire vers une possible pathologie du foie. Un bilan sanguin est recommandé.

Quelques jours plus tard, les résultats se l’analyse sanguine indiquent que le foie du perroquet de Marie est effectivement quelque peu mal en point. Un changement d’alimentation s’impose. Finies les arachides. Il faut trouver autre chose à lui donner pour lui faire plaisir. Les cerises et les bleuets remplaceront avantageusement les arachides très grasses. De la moulée faible en gras est ajoutée à la diète. Tout un défi pour un oiseau gourmand habitué à un régime uniquement composé de graines. Qu’à cela ne tienne. Marie est ingénieuse. Elle introduit la moulée en la cachant dans de la purée de pommes de terre dont Alex raffole. Il n’en fallait pas plus pour lui faire accepter le nouvel aliment. Une diète composée de fruits, de légumes et d’une bonne variété d’aliments non gras en combinaison avec des médicaments pour le foie ont suffi pour qu’Alex recouvre la santé. Le bilan sanguin de contrôle confirme que tout est rentré dans l’ordre. Lors de sa dernière mue, ses nouvelles plumes étaient toutes de couleur normale: un beau vert éclatant.

 

Coquette Coquette

On pourrait qualifier Coquette de pot de colle. Son plus grand bonheur, c’est d’être perchée sur l’épaule de sa maîtresse. La petite conure soleil se blottit dans le cou de Josée et elle lui pousse la joue comme si elle ne pouvait jamais être assez près d’elle. Ses plus beaux moments, elle les passe en fin de soirée. Josée s’assoie dans sa chaise préférée avec un bon livre et Coquette s’endort bien au chaud dans son cou. Depuis quelques semaines, Josée remarque que le beau plumage jaune du perroquet devient terne. Une tache gris noir est apparue sur son aile gauche. Coquette est donc amenée chez son vétérinaire. L’examen physique ne révèle aucun problème de santé apparent. En questionnant Josée, le vétérinaire apprend que Coquette est très souvent sur son épaule. De plus, Josée applique sur son visage une crème de nuit assez grasse. Voilà le problème élucidé. En se collant sur la joue de sa maîtresse, le perroquet met ses plumes en contact avec la crème. Comme elle est toujours sur son épaule droite, ce sont les plumes de son aile gauche qui sont les plus exposées à la substance. Les plumes ainsi huilées deviennent un excellent milieu de culture pour des champignons microscopiques appelés saprophytes. Leur présence donne la coloration anormale au plumage. La solution est simple, Josée n’a qu’à appliquer son soin du visage juste avant d’aller au lit. En évitant tout contact avec la crème et en appliquant un antiseptique (exemple: chlorexidine) sur le plumage abîmé, le problème se résorbe lentement. Il faudra cependant attendre une mue complète afin de retrouver la brillance et la qualité originale du plumage. Coquette n’a donc pas besoin de crème dispendieuse pour être coquette.

 

Le jaune lui va si bien

Tout essoufflée, Bili la perruche calopsitte réussit non sans peine à voler de sa cage jusqu’à l’épaule de Pierre. Le trajet est court mais paraît interminable pour le lourd oiseau. Pierre est fier de son volatile. Il n’y en a pas deux pareils. Il le croit porteur d’une mutation rare. En effet, le plumage de Bili est lustré et gris foncé. Aussi, les plumes qui normalement sont blanches chez les autres calopsittes sont d’un beau jaune soleil. Fait aussi intéressant, Bili ne produit pas de poudre de plumes. C’est cette poudre qui rend le plumage, le bec et les pattes des calopsittes gris pâle. Cela est très apprécié par son maître pour qui la corvée de l’époussetage est toujours désagréable. En comparaison, l’oiseau est définitivement plus gros que la moyenne. Pour Pierre, le perruche n’est pas obèse, il est seulement costaud. Bili est donc un oiseau à part et Pierre s’en vante souvent : "Il n’était pas aussi beau que ça quand je l’ai acheté. Son plumage était comme les autres. Mais, avec la bonne nourriture que je lui donne (mélange de graines composé en majorité de tournesols), il est devenu tout coloré. Je n’ai même pas besoin de lui donner des vitamines ou des fruits pour qu’il soit comme ça !"

Pauvre Pierre, son innocente ignorance aura coûté la vie à Bili. Bili est décédé dans ses mains après avoir eu un court épisode de convulsions. Les résultats de l’autopsie ont révélé un oiseau obèse dont le foie était engorgé de gras. Typiquement chez la perruche calopsitte, un foie malade provoque à l’occasion, dans son stade avancé, des changements dans le plumage. Il n’est absolument pas normal que la calopsitte ne produise plus de poudre ou que ses plumes changent de couleur. Si vous aimez le jaune, achetez-vous donc une conure soleil !

 

 

 

© Manon Tremblay DMV 2005

 

Photos
Lili, amazona aestiva, CAJV
Fred, aratinga solstitialis, Marie Vaillancourt
Nymphicus hollandicus, Angélique Lecoustre