Particularités de l'anatomie et
de la physiologie des perroquets


par Manon Tremblay DMV


 

Ce qui retient l’attention lorsqu’on regarde un perroquet, c’est d’abord et avant tout son superbe plumage. Ces couleurs flamboyantes annoncent déjà que ces oiseaux sont des animaux uniques et fascinants. Mais au-delà de ce plumage, il existe des particularités bien spécifiques aux oiseaux. Arrêtons-nous à observer et comprendre certaines d’entre elles.

 

La température corporelle

La température normale pour votre perroquet se situe entre 40 et 41°C ( 105 à 107°F). Ses pattes vous sembleront toujours chaudes. Il est donc difficile d’évaluer si votre oiseau a de la fièvre, car la température corporelle peut facilement grimper momentanément sous l’effet d’une émotion ou d’un stress. Les pattes et le bec seront alors encore plus chauds. Le perroquet dont la température corporelle a grimpé ouvre ses ailes et halète un peu comme un chien pour se rafraîchir.

 

Le rythme respiratoire

La respiration d’un perroquet au repos est lente et non bruyante. Il utilise uniquement l’expansion de sa cage thoracique pour créer la pression négative nécessaire afin de permettre l’entrée d’air dans ses poumons. Comme il ne possède pas de diaphragme pour l’aider à respirer (muscle présent chez la plupart des animaux qui sépare le thorax et l’abdomen et se contracte à chaque respiration), il est totalement dépendant des mouvements de son thorax pour respirer. Un perroquet meurt facilement étouffé s’il est tenu trop serré ou de telle façon que son thorax ne peut plus se soulever. Le rythme respiratoire augmente normalement quand l’oiseau est stressé, sous l’effet d’une contention, après l’exercice ou s’il souffre d’une pathologie pulmonaire. Il n’y a pas lieu de s’inquiéter si le rythme respiratoire retourne à la normale en deux ou trois minutes suivant une situation qui l’a fait augmenter. Si ce délai est plus long, une évaluation médicale est recommandée. Le tableau qui suit donne des valeurs de référence en ce qui concerne la respiration normale des oiseaux. Il peut servir de guide pour évaluer votre perroquet, tout en gardant en mémoire qu’il peut parfois y avoir des exceptions.

 

Poids
(grammes)

Rythme respiratoire au repos:
respiration par minute

35
100
200
500
1000
1500
2000

60-75
49-52
35-50
20-30
15-20
20-32
19-28


Par exemple, on peut estimer qu’un gris d’Afrique respire environ une quarantaine de fois par minute, une perruche 60 à 75 fois, un inséparable 50 à 60, une perruche calopsitte 40 à 50, un petit conure 40 à 50, un gros conure 30 à 45, un amazone 15 à 45, un cacatoès 15 à 40, un ara 20 à 25.

 

Le rythme cardiaque

Le cœur de votre perroquet bat à une vitesse folle même lorsqu’il est au repos. L’auscultation lors de l’examen vétérinaire sert le plus souvent à déceler des anomalies dans le rythme ou les sons produits par les battements. La fréquence cardiaque est difficile à déterminer avec exactitude, d’autant plus que le cœur bat plus rapidement quand l’oiseau est tenu. Il est intéressant de savoir que selon l’espèce, le cœur au repos bat à des vitesses différentes, en voici quelques exemples:

Rythme cardiaque
battements par minute

Perruche : 260-270
Inséparable : 240-250
Perruche calopsitte : 210-220
Petit conure : 205-220
Gros conure : 165-205
Amazone : 125-160
Cacatoès : 125-170
Ara : 115-135


 

Le vol

La capacité de voler est sans aucun doute la fonction la plus remarquable des oiseaux. Enfants, nous avons tous probablement tenté d’imiter nos amis à plumes en essayant de voler en battant l’air avec nos bras. Rapidement, nous avons dû nous rendre à l’évidence que les oiseaux avaient des trucs et astuces qu’on ne possédait pas. Votre perroquet peut donc voler parce que la nature l’a doté de plusieurs caractéristiques bien particulières. En voici quelques-unes :

 

  • Une surface portante large crée par une membrane alaire solide et une grande envergure assurée par de longues ailes, terminées par de longues plumes.


  • Une légèreté assurée par une économie de poids. La peau est ultra mince (on peut voir le muscle au travers, ce qui lui donne sa couleur rouge caractéristique) et dépourvue de glandes (seules quelques glandes sébacées sont présentes au niveau de l’oreille externe et une glande uropygienne à la base de la queue participe à l’entretien du plumage. Cette dernière n’est pas présente chez toutes les espèces).


  • Votre perroquet femelle ne possède qu’un seul ovaire, le gauche. Les oiseaux n’ont pas de dents et leur bec est composé de matériaux solides, mais très légers à la fois.


  • Leur corps est rempli de cavités vides et remplies d’air (les sacs aériens). Les os sont creux, solides et souples. Certains sont fusionnés. À surface égale, le poids du squelette de l’oiseau est moitié moins lourd que celui des mammifères. Selon les espèces, on compte 120 à 170 os.


  • L’urine est concentrée (économie d’eau et d’espace) et n’est pas emmagasinée dans une vessie. Elle est évacuée avec les selles.


  • L’intestin est court, ce qui ne permet pas d’entreposer trop de matériel qui pourrait être lourd à porter.


  • Une musculature puissante supportée par un système respiratoire et cardiaque des plus efficaces.

 

 

 

 

Les saignements

Il est toujours très stressant de voir son perroquet saigner. Tous s’entendent pour dire qu’il peut mourir rapidement au bout de son sang. C’est bien connu, il n’y a pas des litres de ce précieux liquide à l’intérieur de votre perroquet. Il y en a quand même suffisamment pour supporter un saignement modéré. On estime qu’il y a environ 10 ml de sang par 100 grammes de poids corporel à l’intérieur d’un oiseau en santé. Cela représente environ 40 ml au total pour un amazone de 400 grammes. Saviez-vous qu’en général, les oiseaux supportent mieux que les mammifères une importante perte de sang? Lors d’une hémorragie, leur corps est mieux adapté pour mobiliser rapidement et efficacement les liquides extra vasculaires afin de maintenir une pression sanguine adéquate. La plupart des gens sont surpris d’apprendre qu’un oiseau peut perdre pas mal de sang sans que sa vie ne soit mise en danger. Plus concrètement, votre oiseau peut perdre une quantité de sang équivalent à 1% de son poids sans que ce soit grave. Cela signifie pour l’amazone de 400 grammes, qu’il peut en perdre 4 ml sans que ce soit préoccupant! Il peut même perdre jusqu’à 3 ml par 100 grammes de poids corporel, c'est-à-dire 12 ml, avant que la situation soit jugée grave pour sa santé. Ces données ne devraient pas vous empêcher d’intervenir promptement avec un oiseau qui saigne. Cependant, elles aident à relativiser la gravité de la situation après que le saignement soit contrôlé: on ne s’inquiète pas si un gros perroquet a perdu quelques gouttes de sang.

 

La longévité

En terminant, il est intéressant de souligner la surprenante longévité de plusieurs perroquets. Il est parfois surprenant de constater que de si petites créatures puissent vivre aussi longtemps. Certains records ont été documentés:

  • perruche: 18 ans
  • inséparable: 19 ans
  • perruche calopsitte: 32 ans

 

Pour les autres grands perroquets, il est raisonnable de s’attendre qu’ils nous tiendront compagnie pendant au moins 50 à 80 ans.

 

 

 

© Manon Tremblay DMV 2005

 

Photos
Lili, amazona aestiva, CAJV
Pitchou, amazona aestiva, Hervé Andaloro
Bib, psittacus erithacus timneh, CAJV