Oisillons sauvages


par Johanne Vaillancourt




Pourquoi avoir choisi de mettre ce texte dans la section "urgence" du site? Tout simplement parce qu’à chaque année, nous, amoureux de perroquets, sommes sollicités pour prendre en charge les pôvres petits oisillons tombés du nid que nous rapportent inévitablement nos (adorables) voisins, amis, enfants du quartier et autres quidams pour qui notre passion des oiseaux nous désigne comme parents de substitution pour le "pôvre petit orphelin".

La première chose à tenter de localiser, si vous trouvez un oisillon par terre, est le nid et, si possible, l’y réinstaller confortablement.

La deuxième chose à observer : est-ce que les parents sont aux alentours? Il se peut que ce soit un processus normal d’un premier envol du nid de la part de l’oisillon. Dans ce cas, les parents ne sont pas bien loin et le mot d’ordre est : "PAS TOUCHE!" Les parents savent ce qu’ils font et vont inciter et encourager le petit à s’envoler. C’est une histoire familiale qui ne vous concerne absolument pas… Alors, de l’air!

Par contre, si l’oisillon est vraiment trop jeune pour s’envoler (pas de plumes), s’il vous est impossible de localiser le nid ou les parents du petit, ou encore, si c’est le charmant petit rejeton du voisin qui vous arrive avec son sempiternel "j’ai trouvé un bébé oiseau et maman m’a dit de venir vous le porter, que vous allez vous en occuper"…ben là, il n’y a pas le choix, vous venez d’être encore une fois désigné parent substitut d’une charmante petite "affaire" qui n’a cesse que de crier et ouvrir le bec pour que vous y enfouissiez sa pitance…. Et c’est reparti mon Kiki… Vive le printemps!!!

Dans la mesure du possible, essayez d’identifier si ce petit fœtus grouillant et braillard est un insectivore ou un granivore. Pas toujours évident lorsqu'ils ont encore la coquille sur la tête...

  • Les granivores ont un bec court, triangulaire, légèrement courbé ou droit (moineau, chardonneret, bruant, cardinal, roselin, etc.), sauf dans des cas précis comme les tourterelles tristes qui sont granivores et ont un long bec.


  • Les insectivores ont un bec long, pointu, étroit (étourneau sansonnet, quiscale, troglodyte, merle d’Amérique, paruline, etc.).

     

Mieux vaut vous prémunir d’un bon guide d’identification des espèces si on vous refait le coup à chaque année.

Les oiseaux carnassiers, marins ou les pics doivent être portés dans un refuge pour oiseaux sauvages, et les oiseaux de proie (épervier, hibou, faucon, etc.) doivent être envoyés dans des centres spécialisés pour oiseaux de proie (voir liens des refuges sur ce site).

 

Nourrir son orphelin

  

Maintenant que l’espèce est identifiée, il faut le nourrir.

  • Procurez-vous une seringue de 1cc ou un compte-gouttes.


  • Certains oiseaux se tiennent debout et ouvrent grand leur bec; il est alors facile d’insérer la seringue dans le bec, à la droite de l’oiseau, assez profondément sans le blesser et de lui donner de petites quantités à la fois. Il est important de viser la droite du bec de l’oisillon, la gauche est pour l’air, donc les poumons et on peut étouffer l’oisillon.


  • Il est à noter que chez la plupart de nos oiseaux sauvages, il n’y a pas de vrai jabot, comme chez les perroquets. On pourrait plutôt parler d’un élargissement de l’œsophage. Donc, nourrir l’oisillon lentement (jusqu’à ce qu’il refuse la nourriture) et souvent, plutôt que d’essayer de le remplir.


  • Si l’oisillon n’ouvre pas son bec de lui-même (fréquent avec les tourterelles tristes), vous devrez l'ouvrir délicatement et y insérer doucement la seringue.


  • L’oisillon doit manger aux 2-3 heures jusqu’à la pousse des plumes.


  • Gardez-le confortable, mais pas au trop au chaud (sauf chez les bébés tout nus, pas de plumes). Ce sont des oiseaux qui doivent retourner à l’extérieur.


  • Au fur et à mesure que l’oisillon vieillit, on adapte les heures de nourrissage.


  • Plus vieux, offrez-lui, selon qu’il soit granivore ou insectivore, des graines, des baies, de la pâté d’insectivore du commerce, des vers vivants (merle d’Amérique) ou des vers de farine (tous les insectivores).

 

 

Recette pour granivores

Rien de plus simple: de la pâté d’élevage pour perruche ou perroquet du commerce en suivant les instructions du fabricant sur l’emballage. Consistance semi-liquide (pudding).


Recette pour insectivores

1 c. à soupe de nourriture en conserve pour chien (bœuf, poulet ou foie).
½ œuf cuit dur
1 c. à soupe d’épinards bouillis
¼ de c. à thé de lait en poudre
3 gouttes de multivitamines pour oiseaux (genre Avitron)

Passez le tout dans un petit mélangeur électrique jusqu’à consistance crémeuse. Si le mélange est trop liquide, ajoutez des céréales de bébé ou biscuits-soda non salés écrasés; si trop solide, ajouter de l’eau de cuisson des épinards.

Vous pouvez alterner, lorsqu’il grandit, avec des pots de nourriture pour bébés (viande et légume) et un mélange de recettes pour insectivores, plus épaisses, que vous pouvez offrir à l’aide d’une petite pince à bouts arrondis.

 

Voilà, bon printemps, bon été et je vous souhaite que vos voisins déménagent sous peu....

 

 

 

 

© Johanne Vaillancourt 2004