Ne jamais faire en cas d'urgence avec un perroquet


par Johanne Vaillancourt

 

Mettre un onguent...

...ou quoi que ce soit à base d’huile ou de gras sur le corps de l’oiseau.

Les perroquets dépendent de leurs plumes pour régulariser leur température corporelle, surtout dans des cas d’état de choc. Même si vous appliquez un onguent sur une région sans plumes de votre oiseau, comme ses pattes ou ses pieds, celui-ci finira par étendre l’huile (sur ses plumes) en tentant de se nettoyer. Peut aussi favoriser les levures.
 

Dans le cas d’une attaque de chat...

...attendre pour voir comment le perroquet réagir.

La bactérie Pasteurella multocida se multiplie à une vitesse foudroyante et peut envahir le corps de votre perroquet et le tuer en 48 heures. Même s’il n’y a pas de plaie apparente ou s’il n’y a qu’un petit "bobo", ne vous leurrez pas, il y va de la vie de votre oiseau.

 

Ne jamais donner d’alcool...

...ou de "petit remontant" à votre perroquet.

 

Ne pas se servir de lumière (ampoule incandescente)...

...comme élément chauffant dans la cage-hôpital.

Il en résulterait une augmentation du stress de l’oiseau.

 

Ne jamais utiliser d’iode...

... à plus de 1% de concentration sur une plaie.

L’iode à concentration plus élevée est trop fort et empêche les fibroblastes (cellules régénératrices de la peau) de se fixer. Il en va de même pour le peroxyde qui doit aussi être dilué pour les mêmes raisons.

 

Ne jamais administrer à votre perroquet de "médicaments"...

...vendus en animalerie ou chez l'éleveur de perroquets.

Les tétracyclines peuvent causer de sévères infections fongiques.

 

Avant de donner un "remède naturel" à votre perroquet... 

...informez-vous !

L’animalerie du coin n’est pas un cabinet vétérinaire, l’éleveur, l'herboriste ou votre copain naturopathe non plus. >  

Ne jamais donner de restant de médicament (antibiotique ou autre)...

...et ne jamais prescrire vous-même un médicament pour votre perroquet (même si un copain éleveur peut vous le procurer à moindre coût).

Vous n’êtes pas vétérinaire et votre copain non plus. Il faut savoir ici que les antibiotiques n’ont absolument aucun effet sur les virus; de plus, chaque antibiotique travaille pour une bactérie spécifique. Un antibiotique ne tue pas toutes les sortes de bactéries. Il est important que le vétérinaire fasse des prélèvements sanguins ou autres tests afin de déterminer la sorte de bactérie et prescrire à la condition de votre perroquet,  l’antibiotique approprié. De plus, dans la plupart des cas, le vétérinaire prescrira aussi un antifongique en plus de l’antibiotique. Qui plus est, si la situation de l’oiseau se détériore, ces médicaments pourraient fausser le diagnostic de la pathologie de votre perroquet  lors de la prise en charge par le vétérinaire.

 

Ne jamais utiliser de poudre hémostatique ou bâtons de nitrate d’argent... 

...dans la bouche (bec), l’œil ou la peau de votre perroquet.

Ces produits sont hautement toxiques pour les perroquets (empoisonnement) et, de plus, l’utilisation sur la peau ou le follicule (plume de sang) risque de créer des réactions comme des granulomes ou des plumes enkystées.   

Dans le cas d’empoisonnement...

...ne jamais donner d’huile minérale oralement à l’oiseau.

Les cas d’aspiration pulmonaire (pneumonie et décès) sont trop fréquents.

 

Déranger le perroquet malade ou blessé aux cinq minutes...

...parce que vous êtes inquiet.

L’oiseau dépensera inutilement ses forces afin d’avoir bonne mine en votre présence.

 

Ne jamais faire vomir votre perroquet...

...si vous n’êtes pas certain de connaître la source de l’empoisonnement.

 

 

© Johanne Vaillancourt 2004

 

 

Photos
Peanut, psittacus erithacus erithacus, CAJV
Pluto, poicephalus senegalus, Jacqueline Houle