Intoxication au monoxyde de carbone


par Manon Tremblay DMV


 

Quatre situations à risque

Situation no 1

Charlot l’amazone est bien chanceux. Sa famille d’humains part pour la Californie et il sera du voyage. Il en verra du pays! Pendant trois mois, le perroquet vivra dans une nouvelle cage installée dans la grande caravane familiale. Quel beau voyage en perspective.

Situation no 2

Quoi de plus amusant que de faire un tour de bateau de plaisance? Toute la famille veut y aller, y compris Dan, le pionus. Il connaît les comportements de ses maîtres et il sait bien qu’ils se préparent pour une sortie en bateau. Ils ont intérêt à ne pas l’oublier, Dan est fou de ces sorties. Lorsque le bateau est en marche, sa cage est placée dans la cabine. Trop de vent, ça dépeigne son perroquet… Lorsque l’engin s’immobilise, la cage de l’oiseau est montée sur le pont. Dan adore somnoler au son des clapotis de l’eau.

Situation no 3

La soirée est fraîche. Il n’en faut pas plus pour que François décide de faire un feu de foyer. La flamme s’active et une chaleur douce enlace la pièce. La cage de la perruche calopsitte de la maison est rapprochée du foyer. le perroquet semble bien aimer cette ambiance chaleureuse.

Situation no 4

Pierrette désirait depuis longtemps cuisiner avec un poêle au gaz. La voilà maintenant contentée. Elle en a fait installer un dans sa nouvelle cuisine toute rénovée. Elle compte bien cuisiner plus souvent. Yaki le quaker ne s’en plaindra pas. Il aime goûter à tous ses bons petits plats.

 

Qu’y a-t-il de commun dans ces quatre situations?

Réponse = Il y a une possibilité que les perroquets et les humains impliqués soient mis en contact avec un gaz très dangereux, le monoxyde de carbone.

Le monoxyde de carbone est extrêmement dangereux à respirer. Il n’endommage pas les poumons mais il diminue dramatiquement l’efficacité du transport d’oxygène par le sang. En comparaison avec l’oxygène, il est environ 250 fois plus facile pour lui de prendre place sur les globules rouges du sang. En respirer une quantité suffisante veut donc dire que les globules rouges finissent par se saturer de monoxyde de carbone, privant ainsi le corps d’oxygène. Les cellules ne peuvent alors plus respirer et la mort s’en suit. Le monoxyde de carbone est un gaz sournois, car il est absolument sans odeur, sans couleur et ne goûte rien. Il est impossible à détecter dans l’air en se fiant à nos sens seulement. Les gens souffrant de maladies pulmonaires ou cardiaques, les enfants, les femmes enceintes et les animaux sont particulièrement sensibles à l’intoxication. La prudence envers ce gaz est donc de mise et connaître les sources d’émissions potentielles est impératif afin de reconnaître rapidement les situations à risque.

Le monoxyde de carbone est produit lors de la combustion incomplète de combustibles à base de carbone: essence, gaz naturel, huile, kérosène, bois, etc. Les moteurs, poêles à gaz, feux de bois, brûleurs à l’huile, pour ne nommer qu’eux, produisent du monoxyde de carbone comme déchet de combustion. Des quantités dangereuses du gaz peuvent s’accumuler lorsque les appareils impliqués sont mal installés, mal entretenus, endommagés ou s’il y a une mauvaise ventilation à l’endroit où ils sont utilisés. Les gaz d’échappement des véhicules moteurs sont particulièrement dangereux. Des décès de volailles ont été constatés lors de leur transport en camion car le gaz d’échappement s’accumulait dans le compartiment arrière où ils avaient été mis. Un plancher de voiture rouillé et ajouré en combinaison avec un système d’échappement vieux et défectueux peut convertir rapidement l’intérieur de la voiture en un piège mortel. Notez que du monoxyde de carbone peut également s’accumuler à l’intérieur de voitures neuves sous certaines conditions. Une cheminée de maison mal entretenue ne permet pas une bonne évacuation des gaz lorsqu’un feu de foyer est allumé. La flamme d’un poêle à gaz dont la couleur est orangée annonce un problème. Une flamme bleue n’est cependant pas la garantie absolue qu’aucun monoxyde de carbone n'est produit.

En concentration suffisante, le monoxyde de carbone tue rapidement les humains et les animaux. S’il est présent en petite quantité, des symptômes de malaises se manifestent chez les humains: difficulté à respirer, maux de tête et fatigue. Lorsque la concentration augmente, de l’incoordination apparaît, nausée, convulsions et finalement le décès survient.

Les oiseaux réagissent plus fortement à ces mêmes concentrations. Leur système respiratoire est fragile et ils meurent souvent avant d’avoir démontré des signes d’intoxication. Cependant, si vous suspectez que votre perroquet est intoxiqué (symptômes: dépression, somnolence et difficultés respiratoires), changez-le immédiatement d’endroit. Assurez-vous qu’il respire de l’air frais. Rendez-vous rapidement chez le vétérinaire. Il aura besoin de soins spécialisés. De l’oxygène est rapidement donné à l’oiseau. Parfois, une assistance respiratoire est nécessaire en plaçant un tube dans la trachée ou dans un sac aérien. Si le perroquet est conscient, un masque fait l’affaire. Le patient est maintenu en soins intensifs (calme, chaleur, fluidothérapie, alimentation par gavage, couverture antibiotique/ antifongique et même transfusion sanguine si requise) le temps nécessaire. Il est cependant rare qu’un vétérinaire ait à traiter un oiseau intoxiqué car comme mentionné plus haut, la vaste majorité des perroquets intoxiqués meurent bien avant d'arriver chez le vétérinaire. Si toutefois, un individu chanceux s’en sortait, il n’est pas sorti du bois pour autant. Des complications touchant le système nerveux sont possibles: paralysie plus ou moins sévère, perte de vision, spasmes musculaires et tremblements. Ces symptômes demeureront souvent permanents.

La prévention a bien meilleur goût. On ne saurait se passer de détecteur de fumée conventionnel. Alors, pourquoi la majorité des maisons ne sont-elles pas aussi munies de détecteur de monoxyde de carbone? Peu de gens pensent s’en procurer. N’hésitez pas à en installer dans votre maison, votre caravane, votre cabine de bateau, votre chalet, etc. Faites aussi inspecter régulièrement les appareils susceptibles de produire du monoxyde de carbone afin de vous assurer de leur bon fonctionnement.

 

 

 

© Manon Tremblay 2007

 

Photos
Amazona ochrocephala oratrix, Natacha Larivière
Myiopsitta monachus, CAJV
Nymphicus hollandicus, CAJV
Pionus menstruus, CAJV