Intoxication des perroquets par l'avocat


par Manon Tremblay DMV


 

Les avocats ne sont pas tous gentils

Ce soir c’est fête chez les Chamberland. Mélanie a quatorze ans, et un souper aux saveurs mexicaines est servi en son honneur. Bianca et Pierrot, les deux perruches sont tout aussi fébriles. Elles savent que lorsque les humains s’affèrent dans la cuisine, un festin se prépare. Le souper est finalement servi et tous apprécient. Pierrot vole jusqu’à la table comme à son habitude. Il explore les différents plats et goûte à tout. Il est définitivement gourmand. Une fois son exploration culinaire terminée, il retourne partager son repas avec Bianca qui est demeurée dans la cage. Depuis quelques mois, Bianca ne vole presque plus. Son âge avancé, son surpoids et un début d’arthrite la poussent à demeurer sédentaire. Malgré son handicap, elle ne manque de rien. Pierrot se fait un devoir de la nourrir avec tout ce qu’il trouve sur la table. Ce soir, Bianca mange donc aussi du "Mexicain".

Une mauvaise surprise attendait cependant les Chamberland le lendemain matin. Bianca est retrouvée morte au fond de la cage et Pierrot se tient en boule près d’elle. Les deux oiseaux sont apportés chez le vétérinaire. C’est alors que les Chamberland apprennent avec stupeur que le malheur de leurs oiseaux est fort probablement relié au souper de la veille. Pierrot avait tout particulièrement aimé le guacamole. L’avocat qui entre dans sa composition est toxique pour les oiseaux. Pierrot est immédiatement hospitalisé. Après trois jours de traitements, il recouvre la forme et retourne à la maison. L’autopsie de Bianca confirme le diagnostic d’intoxication par l’avocat. Une congestion marquée de tous ses tissus et particulièrement de ses poumons est notée. L’enveloppe entourant son cœur est remplie de liquide (hydropéricarde). Toute sa région pectorale est enflée secondairement à l’accumulation de liquide sous la peau (œdème). Pierrot s’en est probablement tiré parce qu’il a consommé une moins grande quantité de pâte d’avocat que sa copine. Il a certes été le seul à en prendre à la table, mais il l’a presque toute régurgitée à Bianca en revenant à la cage. C’est donc cette dernière qui en a le plus ingéré.

 

L’avocat, un fruit toxique

La toxicité de l’avocat chez les perroquets est bien documentée. La prudence est de mise afin d’éviter tout contact. Curieusement, il arrive que certains oiseaux en consomment et ils ne développent pas de réactions adverses. Ces situations sont cependant anecdotiques. La toxine présente dans l’avocat fut longtemps inconnue. Elle a été enfin isolée 1995 et porte le nom de persine. Comme on a pu le constater, son effet sur les oiseaux est réel et dramatique. Les symptômes provoqués par son ingestion sont variables d’un individu à l’autre. La gravité des signes varie en fonction de la quantité ingérée et la condition générale du sujet.

 

Symptômes de l’oiseau empoisonné

 

  • Faiblesse
  • Apathie
  • Refus de se percher
  • Agitation
  • Anorexie
  • Vomissements
  • Plumage gonflé
  • Difficultés respiratoires
  • Ailes pendantes
  • Mort subite ou quelques heures suivant l’ingestion. Le décès survient généralement quelques minutes après le début des signes respiratoires.
  • Enflure de la région thoracique et de la gorge

 

Tous les psittacidés réagissent à différents degrés à la toxine présente dans l’avocat, mais les perruches semblent être tout particulièrement sensibles. La littérature rapporte plusieurs cas. On rapporte chez la perruche calopsitte un cas ayant causé un décès subit et un autre une dépression d’une durée de 36 heures suivi du décès. L’ingestion de la même substance chez un amazone a eu pour effet de provoquer seulement un inconfort lié à des vomissements. Il n’existe pas de protocole de traitements préétabli pour ce type d’intoxication car le mode d’action réel de la persine n’est pas encore élucidé. Aucun antidote n’est disponible. On ne peut que traiter les symptômes du malade (charbon activé, oxygène, bronchodilatateur, stéroïdes, diurétique léger, chaleur, traitement de support pour l’alimentation) et espérer qu’il pourra s’en remettre. L’hospitalisation est essentielle.

Non seulement le fruit ou son noyau peuvent induire une mauvaise réaction chez le perroquet qui en consomme, les différentes parties de l’arbre où poussent les avocats (branches, écorce, feuilles) ont aussi un potentiel toxique. Des cas d’intoxication suite à l’ingestion du fruit ou d’une partie de l’arbre ont été rapportés chez différents animaux dont le cheval, le lapin, la souris, chèvre, vache et le chien.

De mauvaises réactions sont aussi possibles chez certaines personnes qui consomment de l’avocat. Il ne s’agit pas d’intoxication mais plutôt de réaction allergique, semblable à celle causée par l’allergie aux arachides.

Banal l’avocat? Certainement pas. Vous ne verrez probablement plus votre salade d’avocat ou votre guacamole du même œil désormais. Cependant, ne vous privez pas d’en manger car cet aliment est rempli de vitamines, minéraux et de bons gras. Soyez seulement vigilants avec vos oiseaux. Ne les laissez pas s’approcher. N’oubliez pas aussi que la plante issue du noyau du dernier avocat que vous avez mangé est bien belle mais qu'elle peut tuer votre oiseau s’il s’amuse à la grignoter.

En terminant, si vous ne voulez pas avoir recours aux services d’un avocat gentil évitez que le perroquet de votre voisin ingère de l’avocat méchant pendant que vous le gardez...

 

 

 

© Manon Tremblay 2007

 

Photo
Tanya et Kally, melopsittacus undulatus, Tania Pando-Caron