Empoisonnement au zinc


par Manon Tremblay DMV


 

Jules et la fièvre du jeu

"Voilà déjà une semaine que ça dure. Jules dort beaucoup et parfois, il perd l’équilibre. Ça ne doit pas être trop grave, car il mange moins que d’habitude. Par contre, j’ai aussi remarqué qu’il buvait beaucoup et que, par le fait même, il urinait beaucoup. Ça doit être la chaleur. Il fait tellement chaud cet été".

À l’examen physique, Jules dévoile sa maigreur qu’il avait si soigneusement dissimulée sous ses plumes. Ses selles sont vertes et il est somnolent. Son jabot est vide et ses muqueuses sont pâles.

Des procédures diagnostiques sont immédiatement entreprises, car l’état de ce pauvre Jules est préoccupant. De l’anémie est confirmée grâce à l’hématologie qui ne révèle par contre aucun signe d’infection. Les changements biochimiques sont inquiétants: hyperglycémie, augmentation de la concentration des enzymes hépatiques (foie) et augmentation de l’acide urique. Ces changements suggèrent une atteinte rénale, hépatique et pancréatique. Du glucose passe aussi dans l’urine (glycosurie). À ce stade, les diagnostics possibles sont: intoxication chronique par le zinc ou diabète mellitus.

Le diabète mellitus étant très rare chez les oiseaux et comme les changements pathologiques s’accordent davantage avec une intoxication au zinc, un prélèvement sanguin est soumis au laboratoire pour y détecter sa teneur en zinc.

En attendant le résultat, Jules est hospitalisé et reçoit des soins de support (fluidothérapie, intubations, vitamines) et des injections de calcium EDTA. Le calcium EDTA est un antidote pour les intoxications par le zinc et le plomb. Après 24 heures de traitement, Jules démontre une volonté de guérir. Son appétit revient et les intubations ne sont plus nécessaires. Au 2e jour de traitement, la polyurie (production excessive d’urine) s’estompe et Jules va de mieux en mieux.

Une télécopie du laboratoire nous apprend que le taux de zinc dans le sang du perroquet est bien au-delà des normales. Voilà qui explique la réponse au traitement EDTA. Si Jules avait été atteint de diabète mellitus, sa vie aurait été en danger, car, à ce jour, aucun traitement n’a fait ses preuves à long terme chez les oiseaux.

Jules est un de ces oiseaux chanceux. Il ne lui reste aucune séquelle de sa mésaventure.

Mais où donc a-t-il pu ingérer tout ce zinc? Il n’avait pas été mis dans une cage ou une volière faite de grillage ou de fil de métal galvanisé et il n’avait pas joué avec des pièces de monnaie. Jamais il n’était laissé seul sans surveillance. Même quand ses maîtres jouaient au Monopoly, Jules était à leur côté et s’amusait avec les pions du jeu. Celui qu’il préfère, c’est le chapeau! Anodin direz-vous? Eh bien, les pièces de Monopoly sont constituées à près de 98% de zinc...!

Les problèmes de santé de Jules étaient ceux d’une intoxication chronique. Lors d’une intoxication aiguë, l’oiseau peut montrer de la faiblesse, des convulsions et décéder rapidement.

Ah, la fièvre du jeu!

Le Monopoly, c’est maintenant chose du passé pour le petit conure soleil. Aujourd’hui, Jules s’adonne au jeu de dames, avec des pions de plastique, bien entendu!

 

 

 

© Manon Tremblay 2005

 

Photos
Ti-prout, aratinga solstitialis, Mario Beaulieu
Fred, aratinga solstitialis, Marie Vaillancourt