Contamination bactérienne de l'eau du perroquet


par Manon Tremblay, DMV


 

La recette de soupe de Pipo

De la soupe, Pipo l'ara chloroptère connaît ça ! Il en fait à tous les jours. Sa recette est simple:

1 bol d’eau propre
1 bol de graines
1 bol de moulée
Fruits et légumes au goût

Trempez la moulée, une à la fois dans le bol d’eau, puis mangez-la. Laissez reposer au fond du bol d’eau les croquettes qui y sont tombées. Ajoutez quelques graines et des morceaux de fruits et de légumes au goût. Laissez macérer à la température de la pièce, jusqu’à ce qu’un humain vienne jeter le tout et vous rapporte un bol d’eau propre. Répétez toutes ces étapes le plus souvent possible dans la journée.

Variante : Les fruits et les légumes peuvent être remplacés par des morceaux de pain, pâtes alimentaires, riz, fromage ou tout autre chose ou aliments à votre choix.

Voilà déjà plusieurs semaines que le cuisinier à plumes concocte plusieurs recettes par jour, toutes plus originales les unes que les autres. Bien que les recettes de Pipo semblent dignes d’un concours de cuisine, le volatil chef cuisinier n’est plus ce qu’il était. Il a commencé à arracher et à mâchouiller les plumes qui recouvrent son cou, juste au-dessus de son jabot. Une odeur inhabituelle se dégage de son bec et des sécrétions brunâtres sont visibles sur les plumes entourant ses narines. Pipo est aussi plus calme et affectueux qu’à l’habitude. Une visite chez le vétérinaire s’impose.

L’examen physique permet de constater en plus des symptômes déjà remarqués, une perte de poids et des sécrétions anormales à l’intérieur du bec. Les résultats des tests sanguins confirment la présence d’une infection. Un prélèvement effectué à partir des sécrétions de l’intérieur du bec est envoyé en laboratoire. Le résultat de la culture indique la présence d’une mauvaise bactérie: Pseudomonas aeruginosa. La bactérie est déjà résistante à certains antibiotiques. Le traitement aux tétracyclines améliore grandement l’état du perroquet.

Cependant, trois mois plus tard, Pipo est de retour chez son vétérinaire. Il est encore une fois incommodé par les mêmes symptômes. Pseudomonas aeruginosa colonise encore une fois les voies respiratoires supérieures et le bec du perroquet. Et comble d’impolitesse, elle a invité son amie Enterococcus faecalis (une autre mauvaise bactérie) à venir faire la fête avec elle. P. aeruginosa est désormais résistante aux tétracyclines. Cette brillante petite bactérie annonce qu’elle ne semble pas vouloir facilement quitter son ami Pipo. L’enrofloxacin (Baytril) est choisi comme mode de traitement. Pipo s’améliore notablement alors qu’il prend ses antibiotiques mais il rechute une deuxième fois, quelques jours seulement après avoir terminé ses médicaments. Une enquête plus approfondie renseigne le vétérinaire en ce qui concerne la curieuse habitude du cuisinier à plumes. Le chef est démasqué. En cuisinant ses soupes, Pipo permet à une multitude de bactéries de se multiplier dans le bol d’eau. En s’abreuvant de cet infect bouillon de culture, Pipo se re-contamine constamment.

 

Solutions:

  • Éloigner le bol d’eau le plus loin possible des bols de nourriture.
  • Installer dans la cage, une bouteille d’eau avec pipette. Retirer définitivement le bol d’eau lorsque l’oiseau utilise bien la bouteille pour s’abreuver. Désinfecter minutieusement la bouteille quotidiennement.

 

 

C’est ainsi que prirent fin les ennuis de santé de Pipo le cuisinier!

 

 

 

© Manon Tremblay 2007

 

Photos
Chloa, ara chloroptera, Sylvie Castonguay