Sommaire du Cacatomopolitain
Cacatomopolitain

Le magazine du perroquet d'aujourd'hui

Psychologie



J’ai toujours envie de faire pipi et ça me gêne

par Lilianne

 

 

perroquet et comportement de déféquer expliqué par une amazone

Bon voilà, il y a cette petite Amazone (Bisoutte) qui nous écrit au Cacatomopolitain, et qui nous explique avec un touchant désarroi qu’elle se croit "anormale" parce qu’elle a toujours envie de faire pipi. Son humain lui prend sans cesse la tête avec ça, et ses envies de pipi, comme elle l’écrit, sont en train de détruire sa relation avec son Jules… Cette condition lui cause beaucoup d’embarras et elle en a développé un énorme complexe.

Scrogneugneu… Qu’est-ce qu’il croît celui-là? Qu’on contrôle la chose selon notre bon vouloir? Qu’il suffit de se concentrer un peu pour que ça passe?

Bisoutte n’est pas la seule dans sa situation, plusieurs de nos humains ont encore et toujours cette sacro-sainte fixation sur nos fonctions hygiéniques naturelles!

T’en fais pas avec ça ma petite Bisoutte, un perroquet normalement constitué et la propreté (au terme où Jules l’entend)… sont des mots qui ne vont tout simplement pas ensemble et jamais la domesticité ne nous rendra proprounets! C’est biologique… voilà!

Le perroquet n'a pas la même relation avec ses fientes qu'un animal terrestre.

On peut, à la rigueur, et parce qu'il le faut, pour bien se faire voir, apprendre à se retenir un peu et ne pas déféquer sur l’épaule de Jules ou encore, en certains endroits très spécifiques, tels que la table de cuisine ou le lit de notre chouchou, mais c’est tout ce qu’il nous est possible de faire. Il est désespérant de voir nos humains s’opiniâtrer à tenter de nous "entraîner" à faire nos petits besoins toujours au même endroit… je crois qu’on nous confond avec les chats!

Allez, Bisoutte, ne t’en fais pas et décompresse un peu…

 
Primo, notre tractus digestif est très court et ces petits "besoins" nous pressent environ aux 15-20 minutes, tout dépendant de ce que nous avons ingéré. Sur ce point, je crois que tu es tout à fait dans la moyenne. Évidemment, si tu n’es pas très près de l’endroit que Jules t’a désigné pour te soulager, je ne crois pas que tu puisses parcourir toute la maison aux 15 minutes rien que pour …
Même avec la meilleure volonté du monde, tu n’y arriveras pas… Quand ça nous prend… c’est tout de suite… on ne sait pas retenir ces choses-là. C’est physique, c’est biologique.

Secundo, nous sommes des animaux qui volons, pas de la famille de ces bestioles terrestres. Nous n’avons aucune relation avec nos excréments comme ces derniers. On ne fait pas de marquage territorial avec nos fientes et on ne les enfouit pas non plus pour éliminer les traces de notre passage. Nous avons su, au cours de l’évolution, nous libérer de toute forme de contrainte face à ce sujet. Même si l’humain s’entête, on ne va pas s’y remettre pour lui faire plaisir. Nous ne sommes pas des animaux domestiques et ton Jules devra s’y faire. Il devra t’accepter telle que tu es ou pas du tout, ce que je ne souhaite pas bien entendu, mais toi de ton côté tu es, de façon innée, très limitée dans tes adaptations au monde des humains, et tes petits pipis font partie de ces limites.

Le perroquet défèque environ aux quinze minutes en captivité.

Par contre, certains de nos congénères sont de nature plus précieuse que d’autres (toujours selon les conceptions humaines). Il n’est pas rare de voir un perroquet refuser de déféquer dans sa cage ou sur son perchoir; je pense aux gris d’Afrique en particulier qui peuvent même en développer une manie obsessionnelle.

D’autres feront de gros efforts pour ne pas souiller l’épaule-perchoir de leur humain, allant même jusqu’à perdre l’équilibre tellement ils se reculent pour bien viser le plancher.

Remarquez, certains esprits un peu tordus se servent de leurs déjections pour signifier leur contrariété: les loris excellent dans cet art pervers.

Un perroquet parfaitement propre, ma petite Bisoutte, est une utopie, il ne faut pas rêver.

À l’humain de Bisoutte je dis: Si vous êtes à la recherche d’un passe-temps, vous pouvez toujours tenter le coup de "mettre propre" votre petite Bisoutte. Mais je vous mets en garde: chaque fois qu’on essaie de nous imposer à nous perroquets, quelque chose qui ne nous est pas naturel, vous risquez d’en payer le prix et de ne pas en apprécier les conséquences. En effet, en allant contre nature, Bisoutte pourra développer de sérieuses stéréotypies reliées au comportement d’élimination… Pas bon ça…

J’ai déjà vu un perroquet, vraiment excédé par les manies de propreté de son humaine, devenir très violent pour ensuite aller souiller littéralement tout son plumage de ses excréments. Il a de plus souvent été répertorié des prolapsus du cloaque, surtout chez les cacatoès, qui se seraient développés en réaction à l’obligation de déféquer avant de pouvoir venir sur l’humain chouchou pour se faire caresser. N’oubliez jamais ce petit conseil: si vous forcez Bisoutte à faire quelque chose qu’elle ne peut pas comprendre ni réaliser, ne soyez pas surpris si cette dernière développe des comportements bizarres qu’on définit comme idiopathiques... Ça commence par des petits complexes et …

Alors le Jules de Bisoutte, allez passer vos lubies sur quelque chose d’autre. La vie regorge de situations pour embêter autrui. Cessez de jouer avec le feu en tentant de modeler Bisoutte à une image qui n’existe... que dans votre tête.

Aimer c’est avant tout… accepter l’autre…

 

 

 

Photos
Lilianne, amazone à front bleu (amazona aestiva), CAJV
Diego, conure à joues vertes (pyrrhura molinae), François Boisvert
Youri, lori omnicolor (trichoglossus haematodus haematodus), Nadine Breton

 

© Les éditions du perroquet anarchiste 2009
ISSN 1715-6335
Dépôt légal 2e trimestre 2005
Bibliothèque nationale du Québec
Bibliothèque nationale du Canada

 

Sommaire du Cacatomopolitain

Retour au sommaire du
Cacatomopolitain