Sommaire du Cacatomopolitain
Cacatomopolitain

Le magazine du perroquet d'aujourd'hui

Psychologie



Comment bien entraîner son humain de compagnie

par Pablo, gris d’Afrique anarchiste

 

Vous êtes plusieurs, chers amis et confrères, à m’écrire au sujet des comportements aberrants de votre ou vos humains de compagnie.

Il est certain que ce sont des animaux complexes et convenablement intelligents, mais qui ont la fâcheuse tendance à vouloir vous contrôler, vous manipuler.

Avec les humains, il est important de garder son flegme, de ne pas essayer de sauter d’étapes et de réagir avec détachement en vous rappelant de ne rien prendre personnel. Ils sont habilités à comprendre beaucoup de choses, mais il vous faudra beaucoup de patience et surtout de constance.

N’oubliez pas qu’il faut au moins un an pour mettre un humain à sa patte et que même, parfois, ce peut être plus long.

Tous les humains ne réagissent pas de la même façon, cela dépend en grande partie du tempérament des individus en question.

 

Mâle ou femelle

La première chose à faire est de sexer son humain, il est important de savoir si on possède un mâle ou une femelle et croyez-moi, le dimorphisme n’est pas toujours apparent ni évident, il faut avoir l’oeil.
Il est important de connaître le sexe de son humain favori, car il y a une grande différence de tempérament entre le mâle et la femelle.

La femelle de l’espèce répond plus facilement aux stimuli émotionnels du genre "manipulations premier degré", comme refuser de manger, faire mine d’être effrayé, hurler pour se faire prendre, bref, toutes les approches qui font appel à la culpabilité, l’affectivité et les sentiments. Le sujet femelle est, règle générale, assez facile à manœuvrer puisqu’elle est plus sensible et réceptive. Le point "C" (pour culpabilité) y est très apparent, pas besoin de trop chercher.

Si par contre, vous êtes l’heureux propriétaire d’un gros mâle du genre "Mad Max", c’est une autre histoire, l’affaire n’est pas gagnée. Le mâle de l’espèce est pétri d'orgueil et tentera la plupart du temps de vous confronter et même, de vous défier. Le mâle est plus instinctif et plus frondeur que la femelle et ne possède pas la touche "culpabilité", du moins, cette dernière y est moins apparente. Vous devez donc (judicieusement) amener ce dernier à présumer que c’est lui qui décide, qui fait ses propres choix.

La femelle de l’espèce a compris ce principe depuis longtemps et sait y faire avec les mâles… prenez exemple sur elle. De cette façon, il aura l’impression d’avoir le contrôle et deviendra de la pâte à modeler entre vos pattes.

Par contre, il est important de toujours garder en tête que le mâle humain ressent la douleur beaucoup plus vivement que la femelle. Si vous pincez un mâle (même une pichequenaude), il aura immédiatement l’impression que vous venez de lui sectionner un bout de doigt et vous deviendrez dans sa tête par la même occasion "le %?$/! »&* de pigeon de madame"; il vous reniera... et vous ne serez plus son oiseau!

Si vous vivez en compagnie d’une femelle et d’un mâle, le perroquet avisé devra savoir qu’il doit donner plus d’attention au mâle s’il veut être accepté au sein du groupe. Il ne faut surtout pas essayer d’intimider le mâle de l’espèce, parce qu’avec ce dernier...ÇA FONCTIONNE, et ce faisant, le perroquet entre en conflit direct avec un des premiers instincts de base du mâle humain... l’orgueil! Mauvais ça...!

 

Les humains sont-ils vraiment des animaux grégaires?

Les humains sont, tout comme nous, des animaux grégaires, à la différence qu’ils habitent dans ce qu’ils appellent des maisons. Ils vivent donc en société... tous seuls... Allez donc comprendre?? Ils vivent cloîtrés dans de grandes cages et par conséquent, nous contraignent à vivre à l’intérieur ces grandes cages aussi. Fini la liberté et la volupté de voler plumes au vent!

Les humains sont très attachés à ce qu’il y a dans ces grandes cages. Ils ne prêtent ni ne donnent: ce sont leurs possessions et ils en sont très jaloux. Aucun sens de la communauté, mais un très grand sens de la propriété individuelle. Ils possèdent une foule d’objets en bois, mais ce n’est pas pour ronger??? Pourtant, à mon sens, c’est encore ce qu’il y a de mieux à faire avec le bois, non?

La plupart des humains croient qu’ils doivent nous fournir le même "confort" dont ils jouissent: ils nous installent donc une toute petite maison à l’intérieur de la grande maison??? Sans Wii ni télé, cependant!

Puisque ce sont des animaux grégaires, les humains sont régis dans leur société par une quantité astronomique de règles et de lois à respecter. Le problème avec l’homo sapiens, c’est qu’il passe son temps à transgresser ces règles et lois et qu’en plus, il en est fier..?

Le perroquet avisé doit impérativement savoir que les humains ne sont pas cohérents avec eux-mêmes. Alors, imaginez le fouillis lorsque nous, psittacidés, essayons de nous y retrouver dans cet amas de consignes qui n’en sont pas et de prescriptions qui changent continuellement.... une poule n’y retrouverait pas ses poussins. Il vous faudra composer avec cet état de fait en essayant de vous ajuster du mieux que vous pourrez.

Les humains vivent en petits groupes individuels qu’ils nomment famille, à l’intérieur d’un gros groupe social qu’ils nomment société. Ils ne s’occupent que du petit groupe (famille) et ne portent aucune attention au gros groupe (société). Ils ont constamment besoin de performer et se valoriser. Ils ne se servent donc du gros groupe que pour trouver cette valorisation et cette dernière semble passer par un grand écart de caste. C’est une société hautement hiérarchisée: ceux qui ont réussi à se valoriser possèdent à peu près tout tandis que les autres sont maintenus au bas de l’échelle sociale afin de continuer à valoriser ceux qui sont en haut. Aucune cohésion du groupe. Pour l’humain, la société semble un mal nécessaire.

 

Vivre avec un humain de compagnie

Les humains nous arrivent généralement apprivoisés, mais la plupart du temps, très mal élevés! Vous devez donc, très tôt dans votre relation, parfaire l’éducation de votre bipède chéri.
La première chose à lui enseigner est LE RESPECT! De tous les animaux de la création, cette espèce animale est la moins respectueuse envers les autres espèces.

VOUS DEVEZ apprendre à votre humain à vous respecter, à ne pas vous déranger si vous êtes occupé à manger, dormir ou détruire. Il doit apprendre à être indépendant de vous, à vaquer à ses occupations personnelles… tout seul. Ce n’est pas parce qu’il a soudainement besoin d’attention que vous êtes forcément disponible à jouer ou faire des guiliguilis. Dans ces moments-là, soyez ferme et ignorez-le, sinon, une bonne pique sur le bout du doigt devrait lui rappeler son rang et sa place.

Certains humains ont déjà acquis, bien avant de vous rencontrer, de très vilaines habitudes: ils se lèvent tard, mangent à heures irrégulières et disparaissent de votre champ de vision à tout moment. Vous devez corriger ces mauvaises habitudes.

Le matin, dès les premières lueurs du jour, faites-leur savoir qu’il est l'heure de se lever par un retentissant…"COUAAACK"…! Vous avez faim et vous décrétez l’état d’urgence à ce sujet! Vous répétez le même stratagème si votre humain a la lubie de vouloir sortir en plein cœur de l’après-midi. Ces mauvaises attitudes ont la vie dure, vous devez être persistant.

Il est primordial d’enseigner à votre humain de compagnie la commande "Viens ici". C’est la commande la plus importante et celle qui vous sera le plus utile. Plusieurs fois dans la journée, faites cette simple routine avec votre humain chouchou, c’est très facile: lorsque tout est calme dans la maisonnée ou que votre humain semble absorbé dans quelques occupations futiles vous excluant, hurlez de tous vos poumons … "COUAAACK …!…COUAAACK"…! Vous verrez à quel point il répond de façon instinctive, très rapidement à la commande "Viens ici". Je peux vous assurer qu’il viendra!

Ne laissez jamais un humain envahir votre territoire-cage à l’improviste, quelle qu’en soit la raison. Il doit comprendre que votre cage c’est votre chez-vous et qu’il doit y mettre les formes. Éduquez-le à s’annoncer avant de fouiner dans vos affaires.

S’il veut vous en faire sortir, convenez d’un tarif avec lui: cacahuète, pistache, biscuit, etc. Faites-lui comprendre que dans la vie on n’obtient rien pour rien et que s’il veut avoir la paix pour nettoyer votre cage, cette paix se monnaye!

Vous devez aussi enseigner à votre humain la commande "j’en veux moi aussi". La commande "j’en veux moi aussi " doit être répétée chaque fois que votre humain portera quelque chose de comestible à sa bouche, que ce soit à la table à l’heure du repas ou devant la télévision avec un sac de croustilles (COUAAACK…!…COUAAACK…!), jusqu’à ce qu’il ait enfin compris que vous ne comptez pas pour des prunes!
Ça, généralement, ils assimilent aussi très rapidement.

Vous devez toujours récompenser les bons comportements de votre humain de compagnie. C’est une étape essentielle au développement de son estime de soi et ça l’encourage par la même occasion à persévérer dans la bonne direction.

Règle générale, un engageant "ALLOOOO", bien placé et prononcé avec une voix de fillette à la place du… "COUAAAC" devrait faire son petit effet. Cela ne demande presque rien de votre part et lui fera tellement plaisir. Vous pouvez aussi accepter de bon cœur ses gâteries ou ses caresses. Votre humain vous en remerciera, il adorera ce genre de petites attentions.

Il est important de se réserver du temps pour jouer avec votre humain familier. Vous pouvez danser ou chanter ensemble, faire des pitreries pour le faire rire et le distraire.

Vous pouvez aussi jouer à ces jeux interactifs à valeur éducative (bien entendu) que les humains apprécient tant: couleurs, nombres, formes.

 

Malgré le fastidieux de ces jeux, il serait agréable de votre part de vous y prêter une fois de temps en temps, question de passer du temps de qualité avec lui à faire des jeux d’humain et aussi à lui faire plaisir en lui démontrant qu’il n’a pas dépensé ses sous pour rien. Les humains aiment tellement dépenser pour nous.

 

AVERTISSEMENT

Temporisez le temps passé à travailler à l'éducation de votre humain familier…et n'abusez pas des appels de liaisons du style "COUAAAC"! Votre humain pourrait s’en lasser rapidement! Je connais un tas de perroquets qui ont manqué de psychologie avec leurs humains en passant trop de temps à parfaire leur éducation. La plupart sont maintenant dans des refuges… Alors, s.v.p. en douceur les gars!

Votre humain apprendra de toute manière. Je crois que c’est un animal intelligent à sa façon. Il observera vos agissements et tentera de vous faire plaisir, parfois même, il tentera de vous imiter. Les humains sont si mignons lorsqu’ils nous imitent!

La clé du succès se résume en deux mots: patience et constance.

Dites-vous que rien ne presse, l’humain étant un animal qui a une longévité presque égale à la nôtre, vous aurez probablement votre chéri pour encore bien des années. Si vous prenez le temps qu’il faut pour bien l’éduquer et le guider, vous aurez un compagnon charmant pour presque le reste de votre vie.

 

 

 

Photos
Pablo, gris d'Afrique (psittacus erithacus erithacus), CAJV
Hubert, gris d'Afrique (psittacus erithacus erithacus), Frédéric Faure
Junior, amazone à double facteur jaune (amazona ochrocephala oratrix), Denise Bourdeau
Tammy, moyen cacatoès à huppe jaune (cacatua galerita eleonara), Frédérique Moulin
Misha, ara bleu et or (ara ararauna), François Goupil
Fiona, ara bleu et or (ara ararauna), Laurianne Paquette
Socrate, ara hyacinthe (anodorhynchus hyacinthinus), Didier Van Costenoble
Pepette, cacatoès blanc (cacatua alba), Maggy Costa
Fiona, ara bleu et or (ara ararauna), Laurianne Paquette
 

© Les éditions du perroquet anarchiste 2005/2009
ISSN 1715-6335
Dépôt légal 2e trimestre 2005
Bibliothèque nationale du Québec
Bibliothèque nationale du Canada

 

Sommaire du Cacatomopolitain

Retour au sommaire du
Cacatomopolitain