T’as donc bien un beau bec!


par Manon Tremblay DMV


 

À plusieurs reprises, on m’a demandé de tailler un bec de perroquet qui était en fait de longueur tout à fait normale. Curieusement, il arrive régulièrement que l’on croie à tort qu’un bec de perroquet est trop long. Le couper serait une erreur et pourrait causer de la douleur et un saignement. Certaines espèces de perroquet donnent cependant l’illusion que la pointe de la partie supérieure de leur bec allonge démesurément. Cela se remarque particulièrement chez les oiseaux dont la forme du bec inférieur est moins arrondie et qui ont un bec supérieur imposant (exemple: aras). Pour ne pas se méprendre, il suffit de se souvenir qu’un bec est anormalement long si la pointe de la partie supérieure va au-delà de la partie la plus basse du bec inférieur. Un bec en santé est entendu de bonne longueur, symétrique et son revêtement est lisse. Bien connaître ce qu’est le bec des perroquets permet d’identifier correctement les anomalies.

Le bec est une structure vivante et à croissance continue. Il est composé de tissu résistant mais aussi très sensible. Le bec n’est pas uniquement composé d’un bloc de kératine solide. Tout d’abord, un squelette osseux lui donne sa forme. On y retrouve aussi un réseau complexe de vaisseaux sanguins et de terminaisons nerveuses, particulièrement développé à son extrémité. Il est donc facile de comprendre qu’un bec cassé ou taillé trop court peut saigner abondamment et occasionner une vive douleur. La kératine ne sert en fait que de revêtement. Des cellules germinales situées à l’endroit où le bec s’attache au crâne permettent le renouvellement cellulaire de toutes les composantes de ce bec complexe.

Le processus de croissance du bec est lent et peut se comparer à celui des ongles: de nouvelles cellules poussent les anciennes vers le bout. Si l’usure n’est pas adéquate, le bec allonge anormalement. Il faut attendre environ six mois chez les perroquets pour que la partie supérieure soit complètement remplacée alors que deux à trois mois sont suffisants pour la partie inférieure. Le bec inférieur pousse donc deux à trois fois plus rapidement que son opposé. Une blessure faite à la base du bec avance donc lentement vers le bout pour éventuellement disparaître. Si les cellules germinales sont touchées lors d’un accident (morsure) ou d’une maladie (sinusite), des rayures ou un sillon concave seront visibles sur la surface du bec. La longueur de cette cicatrice peut servir à estimer à quand remonte l’événement. Par exemple, une marque qui ne fait que la moitié du bec supérieur date d’environ trois mois. Si le défaut s’étend sur tout le long, il y a plus de six mois que le problème est survenu. Ces indications sont cependant approximatives et servent de guide approximatif, car la vitesse de croissance du bec varie quelque peu en fonction de l’espèce (le bec du toucan s’allonge d’environs 0.25 cm par année), de la santé et de l’usage qu’en fait l’oiseau.

Activités de perroquets ayant pour but d’user le bec:

  • S’alimenter
  • Mordiller des jouets et des objets durs
  • Frotter les deux parties du bec l’une contre l’autre. Ce comportement est très souvent remarqué chez l’oiseau qui somnole ou qui se prépare à s’endormir. On dirait qu’il "grince des dents".

 

 

Fonctions du bec

Le bec est avant tout utile pour s’alimenter. Il remplace les lèvres et les dents. Il est très bien innervé, donc sensible aux textures, températures et densités. Il permet une exploration tactile du milieu où les objets et la nourriture sont facilement et rapidement identifiés. Il coupe et écrase.

Il sert d’outil (l’agilité d’un perroquet qui ouvre la barrure de sa cage est toujours surprenante!). Il manipule avec beaucoup de dextérité les objets très lisses sans les échapper. De fines rayures présentes à l’aspect interne du bout de son bec supérieur permettent cette fonction antidérapante.

Comme moyen de défense, le bec est très efficace. Tous les perroquets sont capables d’infliger de douloureuses morsures. Il remplace également les mains (préhension, manipulation des objets et maintient de l’équilibre lorsque l’oiseau grimpe ou se déplace sur une surface verticale).

 

Maladies du bec

 

Bec long au bout sec et friable

Surtout rencontré chez la perruche ondulée, cette condition est la plupart du temps causée par une maladie du foie. À ce moment, les griffes ont aussi tendance à allonger anormalement et des taches foncées sont visibles sur le bec et les griffes. La condition se rencontre à l’occasion chez d’autres espèces.

Un bec long au bout sec et friable peut aussi être le résultat de la malnutrition, d’un manque d’humidité et de soleil ou d’autres maladies systémiques. La taille doit être faite par une personne expérimentée et la cause de départ corrigée si possible.

Bec mou

C’est le résultat d’un manque de calcium et de vitamine D. Ce problème est surtout rencontré chez les tourterelles et les pigeons.

Bec cassé

C’est le résultat d’une mauvaise chute ou d’une morsure. La douleur varie en fonction de la gravité de la blessure. Il est certain que l’oiseau sera inconfortable pour quelque temps. Lui offrir de la nourriture molle (légumes cuits, yogourt, pain, riz, couscous, pâte alimentaire, pâtée d’élevage,etc.) est une attention appréciée. Certains oiseaux ont également une sensibilité chaud/froid pendant la période de convalescence.

Bec qui change de couleur

Il est tout à fait normal que le bec de certains jeunes perroquets change de couleur lorsqu’ils deviennent matures (exemple: inséparable). Cependant, chez l’adulte, le changement de couleur est associé à divers problèmes de santé. Chez le lori, ce phénomène est souvent secondaire à la malnutrition. Une maladie systémique peut aussi entraîner un changement de couleur du bec (exemple: un bec rosé peut devenir bleuté lorsque l’oiseau souffre d’une maladie respiratoire sérieuse).

Bec en ciseau

Plusieurs hypothèses ont été proposées afin d’expliquer ce problème rencontré chez les jeunes perroquets (manque de calcium, virus, mauvaise technique lorsque l’oisillon est nourri à la seringue). Quoi qu’il en soit, il en résulte un bec anormal. Cette déviation est relativement facile à corriger si de la physiothérapie est entreprise avant que le bec de l’oisillon ne se calcifie (c'est-à-dire lorsqu’il a à peine quelques jours). S’il est un peu plus vieux, des tailles sont parfois suffisantes à la résolution du problème. Une prothèse d’acrylique s’avère une solution efficace pour les cas plus difficiles.

Bec infecté

Plusieurs agents infectieux peuvent s’attaquer au bec: bactéries, virus (PBFD), fongus (candida), parasites (galle de bec de la perruche: Knemidokoptes spp) et occasionner une croissance anormale.

 

Faites examiner rapidement un perroquet dont vous suspectez une anomalie au niveau de son bec. Il est possible que tout soit normal, mais si un problème de santé est diagnostiqué, le pronostic sera meilleur. Rappelez-vous que tailler un bec normal peut être traumatisant et douloureux. Cet acte ne doit être accompli que s’il est vraiment nécessaire.

 

 

 

© Manon Tremblay 2007

 

Photos
Conure à couronne rose ou tête de feu (pyrrhura rhodocephala), Nicole Gélinas
Lili, amazone à front bleu (amazona aestiva), CAJV
Quita, ara bleu et or (ara ararauna), CAJV
Gremlin, gris d'Afrique (psittacus erithacus erithacus), Viviane Martin-Roman
Molly, ara hyacinthe (anodorhynchus hyacinthinus), CAJV